#NousToutes : rassemblement à Paris pour dénoncer le 100e féminicide de 2019 en France

#NousToutes : rassemblement à Paris pour dénoncer le 100e féminicide de 2019 en France

FÉMINICIDE - Une centaine de personnes du collectif #NousToutes se sont rassemblées dimanche soir pour dénoncer le "100e féminicide" de l'année. Une femme a été retrouvée morte à Cagnes sur Mer samedi vraisemblablement "suite à une dispute conjugale". Son compagnon est en garde à vue.

"Une dispute conjugale" est vraisemblablement à l'origine de la mort d'une femme dont le corps a été découvert sous un tas d'ordures dans une rue de Cagnes-sur-Mer. Ce décès est le 100e féminicide en France depuis le début de l'année 2019 selon le collectif #NousToutes qui a décidé d'organiser un rassemblement à Paris ce dimanche soir àdeux jours du "Grenelle" destiné à lutter contre les violences conjugales.  

Brandissant des panneaux dédiés à chacune des victimes, les manifestantes  ont rendu hommage aux femmes tuées en égrénant à tour de rôle leurs prénoms:  "Céline, Sarah, Maguy, Clothilde, Eliane, Euphémie..." avant de coller les  pancartes sur le sol.

"Nous voulons un milliard, pas un million", ont lancé à l'unisson les  manifestantes, en allusion à leur demande récurrente: "Il nous faudrait un  milliard d'euros pour lutter efficacement contre les violences conjugales, c'est trois fois et demi moins que ce que coûtent chaque année" ces violences,  a assuré à l'AFP Anaïs Leleux, du collectif #NousToutes. "Si la France le décidait aujourd'hui elle pourrait faire reculer de  manière radicale toutes les violences sexistes et sexuelles que cachent les féminicides", a de son côté affirmé à l'AFP Caroline De Haas, autre membre de  #NousToutes, en assurant que "beaucoup de féminicides auraient pu être empêchés  s'il n'y avait pas eu de dysfonctionnements".

Lire aussi

 Dans la nuit de vendredi à samedi 31 août, la police de Cagnes-sur-Mer a reçu un appel pour signaler une "dispute conjugale" se déroulant dans une rue du quartier où a été découvert le corps de cette femme, sous un tas de détritus. "L'hypothèse d'une dispute conjugale est  vraisemblable", a indiqué dimanche une source policière. "Le corps était totalement dissimulé sous des branchages et une couette".  "La victime, retrouvée habillée, portait d'importantes traces de coups et avait  le visage tuméfié, mais on ignore si ces coups sont à l'origine de son décès.  L'autopsie permettra de nous le dire", a-t-elle poursuivi.   

Son compagnon interpellé

Le compagnon de la jeune fille décédée a été arrêté. Né en 1993, ce jeune homme a  été placé en garde à vue dans les locaux de la Sûreté départementale, à Nice. "L'individu interpellé semble correspondre aux images des caméras de  vidéo-surveillance de la ville sur lesquelles on le voit se disputer avec la  victime", affirme le parquet de Grasse. L'interpellation a eu lieu grâce à des recoupements entre l'exploitation  des images de vidéosurveillance, grâce auxquelles les enquêteurs sont remontés  jusqu'à son domicile, et divers témoignages. Des témoins ont notamment entendu  la victime dire à son agresseur, lors de la dispute, "Je te quitte".

En vidéo

"74 secondes de bruit" : en juillet dernier, une manifestation à République contre les féminicides

Pour l'année 2018, le ministère de l'Intérieur avait recensé 121 féminicides. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, 22 autres départements soumis à des mesures renforcées

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

EN DIRECT - Covid-19 : avec 3.633 patients concernés, le nombre de malades en réanimation reste stable

Séisme en Nouvelle-Zélande : alerte au tsunami en Nouvelle-Calédonie et dans tout le Pacifique

CARTE - Covid-19 : trois nouveaux départements sous "surveillance renforcée", 23 concernés au total

Lire et commenter