"Nous devons être prêts à arrêter la pratique des IVG" : le jeu dangereux du syndicat national des gynécologues

Population

DROIT A L'IVG - Un mail envoyé aux adhérents du Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (Syngof) leur demande d'être prêts "à arrêter la pratique des IVG". Contacté par LCI, l'auteur de ce mail, un ancien président du syndicat, explique actionner ce levier sensible pour alerter sur les fonds d'assurance des médecins jugés trop faibles. Le syndicat, quant à lui, parle d'une action non-officielle.

Une grève des IVG ? C'est la menace brandie dans un mail, circulant sur les réseaux sociaux, estampillé du Syngof, le syndicat national des gynécologues obstétriciens de France qui revendique 1600 membres. Dans cette communication, visiblement envoyée aux adhérents du syndicat, il est ainsi indiqué : "Dans la situation très dangereuse qui est la nôtre nous devons faire scandale et être prêt à arrêter la pratique des IVG pour nous faire entendre."

Nous savons que l'IVG est un sujet de société très sensible- Jean Marty

A l'origine de ce mail, un ancien président du syndicat et toujours membre du conseil d'administration, Jean Marty. Contacté par LCI, il confirme cet envoi et nous explique qu'il menace d'activer le levier de l'IVG pour obtenir une prise de conscience générale et politique au sujet des fonds d'assurance des médecins gynécologues, jugés trop bas. "Depuis vingt ans, le gouvernement plafonne nos assurances. Or, aujourd'hui, des condamnations peuvent aller jusqu'à 14 millions d'euros. On se retrouve avec une quinzaine de médecins qui sont sous une menace très précise de ne pas être couverts."

Quel rapport avec le droit à l'interruption volontaire de grossesse ? "Nous savons que l'IVG est un sujet de société très sensible. Nous manions cette menace insupportable pour qu'on nous écoute, sinon la société s'en moque", détaille Jean Marty. Une action en forme de chantage pour faire du bruit... Et cela fonctionne, puisque quelques heures après la diffusion du mail, l'association Osez le féminisme monte au créneau, dénonçant une entrave à l'IVG et les journalistes, dont LCI, s'emparent du sujet. 

Nous ferons ce qu'il faut pour être écoutés" - Jean Marty, membre du Syngof

Mais les praticiens membres du Syngof vont-ils pour autant passer à l'acte et cesser de pratiquer des avortements sur leurs patientes qui le souhaitent ? Joint par LCI, le service presse du syndicat ne souhaite apporter aucun commentaire à propos de ce mail. Mais nous confirme qu'il est à l'initiative "d'un ancien président du Syngof pour faire pression sur le gouvernement et que pour l'heure, il n'existe pas d'action officielle menée par le syndicat". En effet, sur le site de l'organisation, aucun communiqué n'a été mis en ligne sur le sujet. De son côté, Jean Marty assure : "Nous ferons ce qu'il faut pour être écouté. Nous jouerons sur la menace. Il faut avoir le culot de manier ce concept. Nous ne voulons aucun mal aux femmes. J'ai pratiqué des IVG toute ma vie, je n'ai aucun problème avec cela. J'ai fait mon travail. Maintenant, il faut écouter les gynécologues."

Reste que l'hypothèse d'un passage à l'acte a de quoi inquiéter, alors qu'environ 216.700 avortements ont lieu chaque année. Jean Marty nous assure avoir agi "en accord avec le président actuel", qui n'est autre que Bertrand de Rochambeau, actuellement injoignable. Les positions de ce médecin croyant sur la question de l'IVG ne font plus mystère : en septembre 2018, il créait la polémique en affirmant que l'IVG était "un homicide". 

En début d'après-midi ce mercredi, le Conseil national de l'ordre des médecins a réagi par voie de communiqué. Il "condamne fermement la menace du Syngof de demander à ses adhérents d'arrêter la pratique des IVG". Il ajoute : "L'expression d'une telle menace met en cause les droits des femmes et porte atteinte à l'indépendance des professionnels, qu'aucun conflit avec les autorités ne saurait justifier. (...) Une telle attitude serait en contravention claire avec les obligations déontologiques. Cela serait un acte inexplicable et injustifiable, aux conséquences potentiellement dramatiques". 

Joint par Le Parisien, l'Ordre a toutefois estimé "prématuré" de se pencher sur d'éventuelles sanctions. De son côté, la ministre de la Santé Agnès Buzyn condamne, auprès de l'AFP, "une menace inadmissible". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter