Bougies, tatouages, t-shirts... à Marseille, la "Raoult-mania" bat son plein

Bougies, tatouages, t-shirts... à Marseille, la "Raoult-mania" bat son plein
Population

CORONAVIRUS - Le professeur marseillais Didier Raoult, chantre du traitement à la chloroquine pour lutter contre le Covid-19, est devenu un véritable phénomène de société dans sa ville.

Marseille, son Vieux-Port, sa "bonne mère", son Mucem, ses îles du Frioul... Et son IHU Méditerrannée Infection ? Non, l'établissement médical fondé par le professeur Didier Raoult, littéralement pris d'assaut par des foules entières durant le confinement, ne figure pas (encore ?) parmi les hauts lieux touristiques de la cité phocéenne. 

En revanche, l'infectiologue et professeur de microbiologie, chantre du traitement à la chloroquine pour lutter contre le Covid-19, compte bien, désormais, parmi les figures populaires et emblématiques locales. Il fait même, dans certains cas, l'objet d'un véritable culte.

"Marseille est une ville rebelle, avec une grande gueule, et le Pr Raoult colle bien avec tout cet ADN"

Les nombreuses critiques émises à l'encontre de Didier Raoult sont souvent vues, depuis Marseille, y compris par l'intéressé lui-même, comme une forme de parisianisme caricatural, soit un sentiment anti-marseillais primaire. "C'est quelqu'un qui se dresse contre le gouvernement, et contre tous les objectifs financiers qui sont derrière toute cette histoire. C'est un petit Che Guevara sans armes (rires). Marseille est une ville rebelle, avec une grande gueule, et le Pr Raoult colle bien avec tout cet ADN", explique à LCI Ugo, restaurateur de profession, juste après... s'être fait tatouer le visage de son idole sur la cuisse !

Une fantaisie parmi d'autres. Du côté de la Ciotat, Carole et David, gérants du "Cabinet de Cire" de La Ciotat, vendent, eux, des cierges faits main à l'effigie d'un Didier Raoult sanctifié, à 20 euros pièce. "On a souvent des idées un peu tordues, parce qu'on aime bien rigoler", reconnaît volontiers Carole. Même si David, lui, évoque les détails de l'oeuvre avec un certain sérieux : "On lui a mis le Covid comme support sacré, et là, le symbole de la chloroquine dans la main." Avec 300 unités écoulées, c'est déjà la plus grosse vente jamais réalisée dans leur boutique.

Plus original encore : certains ont vu passer, ces dernières semaines dans les rues de Marseille, un camion publicitaire affichant sur ses trois écrans géants le portrait de Didier Raoult. "Il y a un an, j’ai été atteint d’une maladie rare : la fièvre Q. C’est le professeur Raoult qui m’a soigné dans son institut, avec un traitement à base de chloroquine d’ailleurs. Il m’a sauvé la vie tout simplement. Alors, je fais d’une pierre deux coups : je lui rends hommage et je me fais connaître", a expliqué à RTL Mickaël, propriétaire du véhicule, qui a fait importer depuis les Etats-Unis trois écrans de 4m² pour les apposer sur son camion.

Plus ambitieux encore : un groupe Facebook a été créé par Omar Keddadouche, chroniqueur dans l'émission "100% OM" sur France Bleu Provence, "pour que le portrait du professeur Raoult soit mis sur la Corniche". Soit précisément là où a longtemps trôné (de 1998 à 2007) un portrait de Zinedine Zidane, peint à même la façade d'un immeuble, resté dans les mémoires. Un montage permet même de visualiser d'avance le résultat.

Les pages Facebook dédiées au professeur ont, du reste, poussé comme des champignons durant le confinement et les débats exacerbés sur la chloroquine : "Ici les fans de Didier Raoult", "Didier Raoult Vs Coronavirus" ou encore "Didier Raoult président de la République en 2022"... Certains fans allant même jusqu'à écrire, composer puis interpréter des chansons à la gloire de l'infectiologue. Un exemple ci-dessous.

S'il reste encore quelques mois avant Noël, sachez également qu'il est d'ores et déjà possible de vous procurer un santon représentant Didier Raoult, soit une de ces figurines typiquement provençales qui ornent les crèches sous les sapins, plus généralement pour reproduire la scène de la nativité, avec les Rois Mages et les bergers...

Enfin, notons que les t-shirts "Cool Raoult", en coton bio made in France, continuent de se vendre comme des petits pains. Et que  100% des bénéfices de ces ventes sont directement reversés à l'IHU Méditerranée Infection, pour "aider la recherche". Avec 578 unités écoulées, cela fait pour l'heure un peu plus de 11.000 euros de recettes cumulées.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Et cela peut faire, éventuellement, un souvenir à ramener d'une visite à Marseille.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent