Propos racistes à l'université de Metz : "Nous espérons que l'affaire sera traduite en justice"

Propos racistes à l'université de Metz : "Nous espérons que l'affaire sera traduite en justice"
Population

RACISME - A l'université de Metz, des propos racistes ont été découverts sur un groupe de discussion entre étudiants. La direction assure qu'une enquête interne est ouverte. Les élèves ciblés, eux, espèrent que l'affaire se traduira devant les tribunaux.

Des étudiants noirs comparés à des singes, des insultes dégradantes... L'université de Lorraine, à Metz, est secouée depuis vendredi 26 avril par un scandale raciste, révélé sur les réseaux sociaux. Une enquête interne a été ouverte dans l'établissement, quelques heures après que des messages offensants ont été découverts dans un groupe Messenger, tenu par plusieurs élèves. 

Ce sont des étudiants de l'université de Metz qui ont choisi de rendre publiques ces captures d'écran, révélant des conversations extrêmement problématiques. "Ce groupe existe en réalité depuis un an, il a été créé lors d'une soirée d'intégration de la licence", explique à LCI Usman Gueye, étudiant en communication, qui a œuvré à la médiatisation de l'affaire. "Seulement, une étudiante noire avait été ajoutée à ce groupe. Elle l'a quitté récemment et nous a alerté de la présence de ces messages. On y voit très clairement des photos, des vidéos se moquant d'étudiants noirs et des propos racistes."

Possible exclusion

Usman Gueye juge ces propos "écœurants" : "Ce n'est pas la première fois que j'entends que des propos racistes sont tenus à Metz, notamment dans la rue. A l'université, nous sommes calmes nous sommes là pour travailler, nous ne cherchons de problèmes à personne. Mais là on est obligés de réagir, ces propos sont contre la loi."

Avec les autres étudiantes et étudiants concernés, le jeune homme demande "l'exclusion des auteurs de ces messages, ainsi qu'une traduction en justice". Il assure être en contact avec un avocat pour examiner les solutions possibles. De son côté, l'université de Lorraine a rapidement réagi. Nos confrères du Républicain Lorrain assurent que le président de l'université "déposera une plainte si les faits sont avérés".

Une réaction rapide qui rassure les étudiants ciblés par ces propos racistes. "Dès hier (vendredi), j'ai alerté le responsable du département qui m'a assuré que tout serait fait pour régler le problème", reprend Usman Gueye. "Nous nous sentons soutenus par la fac", assure-t-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent