VIDÉO - "Je l’ai vu couler" : à seulement 10 ans, Malo sauve un autre enfant de la noyade

VIDÉO - "Je l’ai vu couler" : à seulement 10 ans, Malo sauve un autre enfant de la noyade
Population

HÉROÏQUE - Un enfant de sept ans a été sauvé de la noyade ce mardi 11 août alors qu'il nageait dans la piscine d'un camping. Un autre garçon, Malo, de trois ans son aîné, l'a sorti de l'eau avant qu'un adulte ne lui prodigue les premiers secours.

C’est une scène banale des vacances d’été qui aurait pu virer au drame. Alors que quelques enfants s’amusaient tranquillement dans la piscine d’un camping de Bois-d’Amour, à Dinard (Ille-et-Vilaine), ce mardi 11 août, un jeune garçon de 7 ans a commencé à se noyer. Problème, à partir de 20H, l’endroit n’est plus sous surveillance. Et aucun parent n’est présent sur place. 

C'était sans compter sur Malo, 10 ans, qui, en l’espace d’un instant, va devoir jouer les super-héros. "Je l’ai vu couler […] j’ai vu de la mousse sortir de sa bouche", raconte-t-il au micro de TF1, se remémorant avoir "sauté vers lui". Un bras sous le cou et l’autre au niveau des jambes, Malo emmène l’enfant jusqu’aux escaliers de la piscine. Entre temps, une femme qui ne se trouvait pas très loin prend finalement le relaie pour le sortir. "J’ai tapoté un peu sur le dos et il a commencé à cracher", explique-t-elle.

"J'ai tout fait pour qu'il reste éveillé"

Pour sauver le garçon, il a fallu tout un travail d’équipe. Inès, 12 ans, a, elle, eu le bon réflexe d’aller chercher son père, qui maîtrise les gestes des premiers secours. "J’ai tracé, tracé et tracé, pieds nus", se souvient-elle. Une fois averti par sa fille, Franck, sauveteur, se met à son tour à courir vers la piscine à toute vitesse. 

Sans attendre, il met l'enfant en position latérale de sécurité. "Il respire, mais ne réagit pas. Je lui parle, je rassure", détaille-t-il. "Et puis les pompiers sont arrivés, environ cinq minutes plus tard. Mais pendant cinq minutes, c'était très long et j’ai tout fait pour qu’il reste éveillé."

Lire aussi

Grâce à l'intervention de ces très jeunes amis, l'enfant s'en sort sain et sauf après une courte hospitalisation. Mais Pascal Lejars, gérant du camping du Bois-D’amour, insiste, il faut redoubler d’attention auprès de zone de baignade. "Les deux enfants savaient nager […] ça n'arrive pas qu'aux autres. Un accident est très vite arrivé en France." 

Un fléau de l'été

En France, la noyade est la première cause de mort accidentelle chez les moins de 25 ans. Pas un jour ne semble se passer sans un drame.  Entre juin et juillet de cette année, 197 morts par noyade ont été enregistré sur le territoire.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Au début du mois d’août, un adolescent de 14 ans avait perdu la vie dans un étang de Loire-Atlantique, deux jours à peine avant un autre drame : la noyade dans une piscine privée d’une fillette de moins de deux ans, près de Lyon. Un mineur qui ne savait pas nager a coulé dans la Seine, à Saint-Fargeau-Ponthierry, où la baignade est interdite avant décéder à l'hôpital vendredi 7 août. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent