Un drôle de confinement qui ne ressemble pas au premier

Un drôle de confinement qui ne ressemble pas au premier

Le confinement imposé depuis vendredi dans toute la France en est-il vraiment un ? Visuellement, tout le monde peut le constater, il semble beaucoup plus souple que celui du printemps dernier.

À Metz, les magasins ont beau être fermés. Il y a du monde dans les rues, sur la route et devant les lycées. "Les distances ne sont pas toujours présentes, notamment dans les cantines où on ne peut pas les supprimer", témoigne une lycéenne. Depuis le reconfinement, sa mère préfère venir la chercher en voiture. "Ils sont tellement agglutinés dans les bus le matin et le soir que moi, je préfère venir la chercher et la ramener à la maison", dit-elle. Pour de nombreux passants, ce confinement n'en a que le nom. "Il faudrait qu'on soit tous confiné, sinon on n'arrive pas à s'en sortir", dit un passant.

Toute l'info sur

Le 20h

"Un peu curieux"

En Île-de-France, des contrôles ont lieu. Mais sont-ils suffisants ? Aux heures de pointe, les transports en commun sont toujours fréquentés à plus de 50% par rapport à la normale. "Il y avait énormément de personnes à 8h15 du matin. Je trouvai que c'était un peu curieux qu'il y ait autant de monde qui travaille alors qu'on est censé travailler à distance", déclare une femme interrogée par nos équipes. Tout le monde semble en tout cas avoir une bonne excuse dans les rues.

À la campagne, le reconfinement semble plus facile à respecter, mais pas à supporter. "Quand vous causez avec les gens, ils sont impactés psychologiquement. Ils ne sont pas bien quand même", explique un habitant.

Une chose est certaine, la circulation automobile est en chute. On constate qu'il y a quatre fois moins d'embouteillage en Île-de-France à que d'habitude.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden, le jour de l’investiture, à suivre en direct demain, dès 6h, sur LCI

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Dans sa vidéo d'adieu, Donald Trump exhorte à "prier" pour le succès de l'administration Biden

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter