VIDEO - Un nouveau campement de jeunes migrants s'installe dans Paris

VIDEO - Un nouveau campement de jeunes migrants s'installe dans Paris

IMMIGRATION - Un nouveau campement composé d'environ 70 migrants, considérés par les associations comme mineurs isolés étrangers, s'est formé dans la soirée du 29 juin, près de la place de la République à Paris.

Dans un square à une centaine de mètres de cette place emblématique du centre de Paris, celle dite de la République, 75 "mineurs non accompagnés", tous masqués, se sont installés dans des tentes individuelles, ont indiqué aux médias les associations d'aide aux migrants Utopia56, Médecin sans frontière (MSF) et Comede, qui ont organisé cette action pour exiger une meilleure prise en charge par l'Etat et les collectivités de ces jeunes. 

Toutes militent pour que même les jeunes reconnus majeurs parmi eux soient considérés comme mineurs, donc enfants en danger, le temps du jugement définitif. "Un recours peut durer entre six mois et un an et demi, or aujourd'hui rien n'est adapté pour héberger et accueillir dignement ces jeunes en attendant leur jugement", a expliqué à l'AFP Florent Boyer, coordinateur à Paris d'Utopia56, qui n'acceptera pas "une simple mise à l'abri de la part de l'Etat".

Ces jeunes peuvent "s'appuyer uniquement sur l'aide des associations pour être hébergés, nourris et soignés", regrette pour sa part Caroline Douay, coordinatrice de projet chez MSF, qui veut mettre les départements et la mairie de Paris, en charge des questions des mineurs isolés, "face à leurs responsabilités". Selon l'ONG, ils sont actuellement "environ 300" à vivre à Paris et en banlieue, dans des hôtels ou à la rue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : quatre malades de La Réunion évacués vers la métropole, une première

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy invité du JT de 20H de TF1 mercredi

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter