VIDÉO - Un vétéran du D-Day vient réclamer sa Légion d'honneur à Emmanuel Macron

Population

Toute L'info sur

75 ans du D-DAY

D-DAY - Mercredi 5 juin, un vétéran a approché le président pour réclamer la Légion d'honneur qui lui avait été promise trois ans plus tôt. Un voeu qu'Emmanuel Macron a pressé son chef d'état-major et l'ambassadeur de France en Grande-Bretagne d'exaucer au plus vite.

C'était leur jour, 75 ans après leur départ des côtes anglaises pour la Normandie. Un jour de célébration pour les soldats, mais aussi de réclamation pour certains d'entre eux. C'est ainsi qu'un vétéran, tiré à quatre épingles, une bonne dizaine de médailles sur la poitrine, accompagné de sa partenaire, ont interpellé, mercredi 5 mai, le président Emmanuel Macron, lors de sa visite à Portsmouth, où ont embarqué une fraction des troupes alliées destinées à reprendre la Normandie des mains des nazis.

Lire aussi

Une promesse de 2016

"On lui a dit qu'il recevrait la Légion d'honneur mais il ne l'a jamais reçue, et ça le tracasse fortement", a commencé la compagne de l'ancien soldat, en s'adressant au président de la République. "On a pris des engagements à son égard ?" s'interroge le chef de l'Etat. "En 2016, on lui a dit qu'on lui remettrait, mais en fin de compte il n'a jamais rien eu", répète son interlocutrice.

Emmanuel Macron cherche alors du regard l'ambassadeur de la France au Royaume-Uni Jean-Pierre Jouyet et son chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck : "Alors, monsieur l'ambassadeur. Et l'amiral, aussi. Pardon, amiral, je vous embête. Ce monsieur - il est sourd - : on lui a dit qu'il recevrait la Légion d'honneur en 2016 et il ne l'a jamais reçue." Et de s'assurer auprès de la partenaire du vieux soldat : "C'est un vétéran de l'opération Overlord ? [...] Il faudrait peut-être prendre le nom..." Renseignement pris, le vétéran s'appelle Berie Joseph Billet, a indiqué l'Elysée à LCI, et il avait bien "été désigné pour recevoir la Légion d'honneur mais ne l'a jamais reçue."

"Peut-être qu'on vous attribuera la Croix de Lorraine"

Satisfait après un court entretien avec l'ambassadeur français, le vétéran salue le président : "Merci monsieur le président !" Qui lui répond : "Dites-moi quand vous l'aurez reçue. Peut-être qu'on vous attribuera la Croix de Lorraine. Merci pour ce que vous avez fait."

Contactée par LCI, la Grande chancellerie ne s'expliquait pas vraiment pareil trou dans la raquette : "Tout est dans le 'on', quand il dit qu''on' lui a promis la Légion d'honneur. Ce sont les ministres qui font des propositions d'attribution. Là, en l'occurrence, c'est le ministre des Affaires étrangères, qui prévient l'ambassade du pays concerné, et qui en informe" le récipiendaire. 

Le vétéran, dont l'identité n'a pas encore fuité, peut toutefois se rassurer : "On a décoré beaucoup de vétérans étrangers, notamment à la faveur des différents anniversaires du débarquement." Son profil n'échappe aux organismes chargés de ces décorations que temporairement : "Les demandes de décorations émanent d'associations locales et ne sont jamais exhaustives. Il peut donc y avoir des oubliés." Vérification faite auprès de l'Elysée, Berie Joseph Billet a "été mis en contact" avec l'ambassadeur Jean-Pierre Jouyet "pour lui remettre au plus vite". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter