VIDÉO - Une étudiante voilée accuse Etam de discrimination à l’embauche, la marque s'excuse

Population

DISCRIMINATION - Le témoignage d'une jeune femme voilée affirmant avoir été victime d'une discrimination à l'embauche dans une boutique Etam est devenue virale, entraînant une pluie de réactions. La marque a suspendue une employée et présenté des excuses.

Lorsqu’elle s’est présentée ce lundi auprès de la responsable d’un magasin Etam à Montpellier (Hérault) pour proposer son CV et sa lettre de motivation, la jeune femme ne s’attendait pas à une telle réaction. 

Encore secouée, cette étudiante portant le hijab a publié sur les réseaux sociaux son témoignage devenu viral, expliquant avoir été victime de discrimination à l’embauche. Elle annonce vouloir porter plainte. 

"Je n’accepte pas les voilées"

"J’espère que c’est une blague, vous n’êtes pas sérieuse", aurait réagi la responsable de l’enseigne lorsque l'étudiante lui a soumis sa candidature. "Vous êtes voilée et vous me demandez un travail, alors que c’était la journée de la femme (sic) il y a même pas deux jours !" lui aurait-elle lancé, assimilant donc le port du voile à un signe de soumission des femmes.

 

Sous le choc, la jeune femme témoigne, et explique ne pas comprendre le lien entre le port du voile et le travail. Ce à quoi la responsable aurait répondu qu’elle devait "enlever son voile avant de rentrer", car elle"n’accepte pas les voilées". 

Lire aussi

Etam met à pied la responsable

Le directeur général du groupe s’est excusé mardi auprès de la jeune femme sur Twitter, assurant que la réaction de la responsable était "contraire aux valeurs" d’Etam. Contactée par Le Parisien, la marque de lingerie a réagi officiellement ce mercredi dans un communiqué. 

"Etam a pris la décision de mettre à pied à titre conservatoire la responsable du magasin de Montpellier et décidera des mesures appropriées à la lumière de l’enquête en cours", a expliqué la marque. Une sanction que le groupe accompagne d’un renouvellement de la "sensibilisation" de ses équipes, via une "formation des responsables des magasins à la question du recrutement". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter