Violences conjugales : le 3919 a reçu 45.000 appels pendant le confinement

Violences conjugales : le 3919 a reçu 45.000 appels pendant le confinement
Population

VIOLENCES - 45.000 appels ont été passés au numéro d'écoute à destination des femmes victimes de violences pendant la période du confinement, selon un rapport publié ce mercredi 29 juillet.

Deux mois après le confinement, vient le temps du bilan et notamment celui des violences commises envers les femmes au sein d'un foyer. Le 3919, numéro d'écoute mis en place par le gouvernement, a reçu 45.000 appels pour des signalements, pendant cette période à domicile, soit trois fois plus que les mois précédents.

"A partir de fin mars 2020 et particulièrement de mi-avril, le nombre d’appels reçus connaît une très forte hausse, preuve que le confinement a eu un effet sur les révélations de faits de violence", indique le rapport publié ce mercredi 29 juillet par Elisabeth Moiron-Braud, pour la Mission interministérielle pour le protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF). Dans le détail, la Fédération nationale Solidarité Femmes (FNSF), qui gère le numéro d'écoute, a reçu 44.235 appels entre le 16 mars et le 10 mai et a pris en charge 15.610 appelantes Les appels passés, eux, continent d'augmenter depuis le 11 mai, date du déconfinement.

Lire aussi

Les moyens de communications dits silencieux, mis en place pour permettre aux victimes d'effectuer un signalement sans être repérées par leur agresseur, ont été fortement utilisés. Par exemple, le recours aux tchats de la plateforme "Arrêtons les violences" a été multiplié par 4 par rapport à 2019 pour les faits de violences et par 17 pour ceux de violences intrafamiliales. Les pharmacies, qui ont été déclarées lieux d'accueil des victimes de violences, ont enregistré de leur côté 8 signalements sur cette période, dont 5 ont entraîné une interpellation immédiate.

Au total, 2.900 faits de violences conjugales ont été enregistrés par les tribunaux durant le confinement, dont 430 déjà jugés. "A ce stade, les données du ministère de la Justice ne permettent pas de savoir si le nombre de faits de violences intrafamiliales enregistrés par les tribunaux a augmenté au cours du confinement", précise toutefois le rapport.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent