VU DE TWITTER - Réouverture progressive des établissements scolaires : les collégiens et lycéens entre soulagement et déception

VU DE TWITTER - Réouverture progressive des établissements scolaires : les collégiens et lycéens entre soulagement et déception
Population

VU DE TWITTER - L'annonce de la réouverture des établissements scolaires le 11 mai prochain est la grosse surprise de l'allocution d'Emmanuel Macron. Une décision qui a entraîné des réactions mitigées chez les intéressés.

Les écoliers, collégiens, lycéens et étudiants français sont fixés sur leur sort. Le 11 mai prochain, les établissements scolaires rouvriront progressivement en Hexagone. Emmanuel Macron a annoncé lundi 13 avril, dans une allocution depuis l'Elysée, qu'il était nécessaire de reprendre le "chemin des classes". Seuls les étudiants en enseignement supérieur devront poursuivre leur enseignement à distance, et cela jusqu'à l'été prochain a minima. "Le gouvernement précisera, pour chacun, la bonne organisation qui sera nécessaire, en particulier pour les examens et les concours", a précisé le chef de l'Etat.

Comment la nouvelle a-t-elle été accueillie par les collégiens et les lycéens ? Sur les réseaux sociaux, ils ont partagé leur joie de revoir leurs amis et de sortir de chez eux, ou leur déception de voir ce qu'ils imaginaient être de grandes vacances suspendues dans quatre semaines. Et certains parents ont eux aussi raconté, avec humour, leur vives réactions.

Un énième retournement de situation pour les lycéens, après l'annonce de Jean-Michel Blanquer début avril. En effet, le ministre de l'Education avait annoncé le 3 avril dernier que les examens du baccalauréat (tout comme ceux du brevet) seraient validés via contrôle continu. Un dispositif qui ne désavantageait pas tout le monde, mais compromis la réussite de l'année scolaire pour d'autres, plus vulnérables aux risques de décrochages.

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Reste à déterminer les mesures à prendre pour que la reprise de l'école se passe dans de bonnes conditions sanitaires. Mardi 14 avril, Jean-Michel Blanquer a d'ores et déjà annoncé que le retour ne serait pas "obligatoire" pour tout le monde. La question du respect des mesures barrières se pose notamment. Depuis le 16 mars, quelque 12,5 millions d'élèves et 2,6 millions d'étudiants suivent les cours à distance en raison de la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent