Deux sarkozystes de poids apportent leur soutien... à Alain Juppé !

PRIMAIRE LES RÉPUBLICAINS
MAUVAISE SURPRISE - En deux jours, Nicolas Sarkozy vient de voir partir deux de ses soutiens historiques du côté d'Alain Juppé. Un coup dur pour l'ancien chef de l'Etat.

Les jours se suivent et se ressemblent pour Nicolas Sarkozy. Depuis quelques semaines, l’ancien chef de l’Etat est en difficulté. Mauvais sondages, attaques dans son propre camp, affaire judiciaire, rien n'est épargné à Nicolas Sarkozy. Même un coup de poignard de la part de ses anciens amis...


Mercredi 5 octobre, un de ses plus vieux alliés, le maire de Toulon Hubert Falco, a annoncé qu’il apportait son soutien à Alain Juppé pour la primaire de la droite et du centre.

Lire aussi

Même s'il a été secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants pendant le mandat de Nicolas Sarkozy, il a préféré se tourner vers un candidat en qui il a confiance.

Lire aussi

Rassembleur, c’est un homme d’expérience, un homme des territoires […] Il connaît parfaitement nos difficultés, il possède une autorité naturelle […], il incarne une certaine idée de l’EtatHubert Falco sur son site internet

C’est un réel coup dur pour Nicolas Sarkozy. En plus d’être son ami (ou ancien ami), Hubert Falco est un des barons de la droite dans le Sud-Est de la France. La fédération du Var, sur laquelle il exerce une grande influence, compte près de 10.000 militants.. Le second sarkozyste à rejoindre Alain Juppé, c’est Frédéric Lefebvre. Ce jeudi 6 octobre, il a annoncé dans une vidéo apporter son soutien à Alain Juppé.

"Sans hésitation au regard des valeurs humanistes et révolutionnaires que je défends depuis le début de mon engagement en politique, j’ai décidé de m’investir pleinement aux côtés d’Alain Juppé pour cette primaire", celui qui fut un des "porte-flingues" du président Sarkozy, à l'Assemblée nationale notamment, se signalant par des positions droitières et une surexposition médiatique.

 

Depuis des mois, les deux hommes sont en froid. L’ancien chef de l’Etat n’a pas supporté le fait que Frédéric Lefebvre soit candidat à la primaire, même s’il n’a pas rassemblé les parrainages suffisants. En guise de représailles, Nicolas Sarkozy avait décidé de geler l’investiture de son ancien ministre pour les prochaines élections législatives.


Mauvaise semaine pour Nicolas Sarkozy, excellente pour Alain Juppé qui, outre le soutien de ces deux ténors, a vu Hervé Mariton, lui aussi candidat déçu à la primaire de la primaire, et le centriste Philippe Vigier le rejoindre.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Lire et commenter