"Dimanche prochain, tout commencera vraiment" : François Fillon confiant avant le second tour de la primaire

EN ROUTE POUR 2017 - François Fillon a tenu ce vendredi soir son dernier meeting avant le second tour de la primaire, dimanche 27 novembre. Il s’est dit confiant en son projet pour l’emporter face à Alain Juppé et n’a cessé de se poser comme le candidat anti-Hollande, le meilleur pour l’alternance.

François Fillon a réussi à déjouer tous les pronostics au premier tour de la primaire à droite. Et il ne voit pas comment, après avoir obtenu plus de 15 points d’avance sur son adversaire, le second tour de dimanche pourrait lui échapper. "Quatre millions de consciences éprises de liberté ont planté leurs convictions dans cette élection, et deux millions d’entre elles se sont portées sur moi", a-t-il rappelé vendredi soir, lors de son dernier meeting, porte de Versailles à Paris. "Aujourd’hui, cette vague populaire demande qu’on la respecte. Elle ne mérite pas les sarcasmes. Elle a dit au parti des sachants et à la fabrique des scénarios écrits d’avance que ces candidats n’étaient pas les siens. Elle a brisé en mille morceaux la boule de cristal des milieux bien informés."

 

Après avoir dénoncé les critiques dont il a été la cible, par les médias, mais aussi par certains membres de son parti, François Fillon a répété qu’il les ignorait et traçait sa route. "Il y a deux mois, mon projet était considéré par tous comme l’un des plus aboutis, le voici devenu impossible. Il y a une semaine j’étais vu comme un réformateur, me voilà qualifié d’ultra-libéral et de destructeur. Trente ans que je suis gaulliste, et me voici devenu l’ami des extrémistes et le croquemitaine réactionnaire."

En vidéo

Francois Fillon : "J'étais vu comme un réformateur, me voilà qualifié d'ultralibéral et destructeur"

Le meilleur pour incarner l'alternance

François Fillon s’est montré comme le meilleur pour incarner l’alternance et pour tourner la page de François Hollande. Pour cela, il a notamment invoqué le désir de liberté des Français. "La gauche de Hollande a érigé la frilosité en religion d’Etat. Nous ne laisserons pas l’indécision nous lier les mains, nous dénouerons les entraves de l’action publique. Nous placerons notre engagement sous le signe de la liberté. Depuis trop longtemps, la gauche se méfie de la liberté. Elle lui reproche de contrarier son égalitarisme. Cette gauche punitive oublie que la liberté est l’aiguillon du monde."


S’il est président de la République, l’ancien Premier ministre souhaite redonner de l’espoir aux "chômeurs de longue durée", au "travailleur pauvre qui dort dans sa voiture pendant que la gauche lui explique qu’elle fait tout pour lui", à "l’étudiant de banlieue que son code postal emprisonne comme un ghetto".

L'économie et la famille au coeur de son discours

 

Pour redonner à la France sa splendeur, François Fillon a démontré que son programme était le mieux placé. Il a énuméré ses propositions : allongement du temps de travail, baisse des charges des entreprises compensées par une hausse de la TVA, passage aux 39 heures dans la fonction publique, suppression de l’ISF… Il a aussi mis l’accent sur les thèmes chers à son électorat comme la famille, "pilier essentiel de notre société, parce la famille n’est pas une valeur rétrograde. C’est une valeur éternelle qui sera toujours moderne, puisqu’elle est le premier cercle de la tendresse, de l’amour et le refuge des enfants".

En vidéo

François Fillon veut "redonner ses droits" à la famille

"Demain nous allons gagner cette course car nous sommes équipés, préparés"François Fillon

 A plusieurs reprises, François Fillon a vu plus loin que le second tour de la primaire, affirmant que la France avait besoin d’un "vrai président de la République". "Demain nous allons gagner cette course car nous sommes équipés, préparés en terme d’idées, de projet. Pour que le vote Fillon reste un vote de fond, j’engage au service de cette victoire la franchise de mes convictions et une conception exigeante du pouvoir", a-t-il ajouté. Il a même conclu son discours en affirmant que : "Dimanche prochain, tout commencera vraiment".

En vidéo

François Fillon sur Alain Juppé : "nous sommes de la même famille"

En vidéo

JT WE - Derniers meetings de la primaire : François Fillon voit grand, Alain Juppé joue la proximité

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Lire et commenter