Éric Woerth répond aux attaques de Jean-François Copé contre Nicolas Sarkozy

BYGMALION - Interviewé par le journal "Le Monde", Jean-François Copé a vivement attaqué son adversaire à la primaire, Nicolas Sarkozy. Des déclarations qui n'ont pas du tout plu à Eric Woerth, un de ses soutiens.

Longtemps trempé dans l’affaire Bygmalion, Jean-François Copé a été blanchi, a mangé son pain noir et fait son mea culpa pour sa façon de s'exprimer dans les médias. Depuis, le maire de Meaux a effectué un retour progressif en politique pour ensuite être candidat à la primaire de la droite en vue de l’élection présidentielle de 2017. 


Ce jeudi 29 septembre, il a accordé un entretien au journal Le Monde dans lequel il attaque vivement son adversaire à la primaire, Nicolas Sarkozy. Pour lui, l'ancien chef de l'Etat "aimerait que vous l’élisiez pour ne pas aller au tribunal".

Une phrase qui n’a pas du tout plu au secrétaire général des Républicains et soutien de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth. Invité d’Yves Calvi, il a appelé Jean-François Copé à "ne pas trop augmenter le son".


Pour lui, les attaques contre Nicolas Sarkozy ne "sont pas bien et pas correctes". "Il ne faut pas augmenter le son par rancune, par haine", a-t-il ajouté. Il en a profité aussi pour lancer une petite pique contre le maire de Meaux. "On ne devient pas candidat à l’élection présidentielle jusqu’à parce que l’on hait son voisin", ajoute Eric Woerth. Une phrase qui a le mérite d’être claire.  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'entrée en campagne de Sarkozy

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter