Sur les terres de Juppé, Nicolas Sarkozy taille en pièces "l'identité heureuse"

DUEL - Nicolas Sarkozy s'est une nouvelle fois appliqué ce samedi à tailler en pièce le concept d'"identité heureuse" porté par Alain Juppé, le favori de la primaire de la droite qu'il est venu défier dans son fief de Bordeaux.

La victoire de Donald Trump lui aurait-elle donné des ailes ? Ou bien est-ce le fait d'être sur les terres de son principal rival, Alain Juppé ? Toujours est-il que Nicolas Sarkozy, entouré de toute sa garde rapprochée - François Baroin, Brice Hortefeux, Rachida Dati, Alain Joyandet, Gérald Darmanin, Pierre Charon, Maurice Leroy - s'est montré très offensif ce samedi devant près de 3.000 supporters massés dans une salle située en bord de Garonne.


En ligne de mire, le slogan de campagne du maire de Bordeaux "l'identité heureuse" qu'il a pourfendu devant un public chauffé à blanc. 

Préparer le rassemblement, au cas où...

Une formule qu'il a repris à chaque début de phrase. Pour les six millions de chômeurs, l'identité est-elle heureuse, quand ils regardent le plein emploi en Allemagne, en Grande Bretagne, aux Etats-Unis ?", a-t-il scandé. 


Ou encore, repris sur Twitter, "quelle identité heureuse pour les familles matraqués fiscalement pendant quatre ans ?"


Mais l'ancien président a tenu à stopper net les premiers sifflets... on ne sait jamais : "Je vous demande de vous souvenir que j'aurai besoin de tout le monde le 27 novembre, quand on aura gagné", a-t-il lancé.

L'identité heureuse ? 238 morts lâchement assassinés par des barbares sanguinairesNicolas Sarkozy

Et de poursuivre : "Je ne crois pas à l'identité heureuse quand je vois sur le sol de la République française des jeunes nés, éduqués, élevés en France qui sont moins bien intégrés que leurs grand-parents qui n'étaient pas Français et n'ont pas été éduqués en France".


Lancé dans sa diatribe, et voulant coller à l'actualité, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité non plus à faire le parallèle entre "l'identité heureuse" d'Alain Juppé et les attentats qui ont frappé la France, il y a un an :  "L'identité heureuse ? 238 morts lâchement assassinés par des barbares sanguinaires sur le sol de la République française ?"


Et surfant sur l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche, il a martelé que même s'il ne "partage en rien" les idées de Marine Le Pen, "la colère du peuple doit être entendue. Je déteste le mot populisme. La démocratie c'est le vote populaire et notre devoir c'est de le respecter".


A une semaine du premier tour de la primaire, Nicolas Sarkozy est bien décidé à régler ses comptes, lui que les enquêtes d'opinion placent toujours en deuxième position derrière Alain Juppé.

Je prendrai une loi d'interdiction du burkini sur toutes les plages de FranceNicolas Sarkozy à Bordeaux

En vidéo

Nicolas Sarkozy à Bordeaux : "Je prendrai une loi d'interdiction du burkini sur toutes les plages de France"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter