Présidentielle 2017 : opposé au projet de Fillon, Bayrou hésite toutefois à se présenter face à lui

Présidentielle 2017 : opposé au projet de Fillon, Bayrou hésite toutefois à se présenter face à lui

EMBARRAS - Invité de France Info ce mercredi, François Bayrou a eu le plus grand mal à expliquer ce qu’il ferait en cas de victoire de François Fillon dimanche prochain en "finale" de la primaire de la droite. Sans doute parce que, pris de court par le résultat surprise du premier tour, il n’en a encore aucune idée.

"Ce projet ne ressemble pas à ce que je crois de l'avenir et à ce pourquoi je me suis battu toute ma vie". Une chose est sûre, François Bayrou aura bien du mal à voter pour François Fillon en 2017 si ce dernier remportait la primaire de la droite et du centre dimanche prochain. 

Toute l'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Lire aussi

    Ce mercredi sur France Info, le leader du Modem a étrillé le projet de l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qu’il juge "dangereux" et "brutal". "Je pense que le problème principal du pays aujourd'hui, ce n'est pas qu'il faille une purge et l'hyper austérité. Il faut rendre la confiance au pays et lui donner de l'activité", a déclaré le maire de Pau, réaffirmant son soutien à Alain Juppé. 

    Comme de nombreux partisans du maire de Bordeaux, il dénonce la volonté du député de Paris de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires. "Tout cela se résume à cette affirmation de François Fillon : 'je veux casser la baraque'. Or, il y a nos enfants dans la maison, il y a les plus fragiles. Je pense que cette idée de casser la baraque est une idée dangereuse pour la société française", a expliqué l’élu béarnais.

    "J'ai de l'estime pour François Fillon"

    Cependant, malgré toutes ces critiques, François Bayrou n’est pas certain de se présenter à l’élection présidentielle. "Je n'en suis pas du tout à l'idée de candidature, c'est pas ça la question pour moi aujourd'hui", assure-t-il, lui qui avait pourtant fait savoir qu’il se lancerait en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite et du centre. 

    Il y a quelques mois, le JDD avait affirmé que François Bayrou avait confié à François Fillon qu’il le soutiendrait s’il remportait la primaire. Un propos démenti à l’époque par le maire de Pau. En tout cas aujourd’hui, bien qu’il soit en désaccord avec lui sur les réformes à mener pour redresser la France, il confesse être dans "une situation particulière". 

    "J'ai avec François Fillon depuis longtemps des relations de proximité, c'est quelqu'un pour qui j'ai de l'estime et avec qui nous avons des relations chaleureuses". Mais il ajoute, sans toutefois en tirer des conclusions : "Ce n'est pas une question de personne avec François Fillon, la question c'est le projet". 

    Ne fermant pas la porte à une éventuelle candidature, il dit vouloir attendre le second tour de la primaire. "Je vais poser à moi-même et à tous ceux qui m'entourent et avec qui je parle la question de savoir si c'est de ce projet-là que nous voulons", finit-il par admettre. 

    Le secrétaire général du Modem, Marc Fesneau, confirme à LCI qu'aucune décision ne sera prise avant le résultat final de la primaire. "Tout est ouvert. La décision de François Bayrou dépendra de la manière dont les idées du centre seront défendues lors de la présidentielle". Au Modem, on veut encore croire à un éventuel recentrage de François Fillon même si "c'est pas le chemin qui est pris". Cet embarras témoigne au moins d’une certitude : François Bayrou n’avait pas prévu la déferlante Fillon. Et pour une fois au moins, il fait partie de la majorité. 

    En vidéo

    Primaire à droite : François Bayrou, au centre du débat

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

    Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

    Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

    EN DIRECT - Week-end de l'Ascension, vaccin AstraZeneca... l'appel de Jean Castex

    Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.