Primaire à droite : Alain Juppé dénonce une dernière fois la "brutalité" du programme de son adversaire

DERNIER ROUND - Alain Juppé a tenu vendredi soir à Nancy son dernier meeting avant le second tour de la primaire de la droite qui aura lieu dimanche. En retard dans les sondages, le candidat qui toute la semaine a choisi de taper sur son adversaire n'a pas changé de stratégie. Tout au long de son discours, il a continué à démontrer la "brutalité" du projet de son adversaire François Fillon.

Face à la vision "hyper libérale" de son adversaire, qui selon ses propres mots "risque par sa brutalité de disloquer le corps social", Alain Juppé a défendu tout au long de son dernier meeting de campagne de la primaire "sa méthode", qualifiée "de libéralisme humaniste". Alain Juppé a encore une fois mis l'accent sur la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires souhaitée par François Fillon. "Je ne veux pas m’engager dans une démagogie anti fonction publique", a-t-il lancé. "Je n’arrêterai pas pendant cinq ans tout recrutement de policiers ou d’infirmières", a-t-il continué, avant de rappeller son opposion à faire travailler les fonctionnaires 39 heures payées 37.

En vidéo

Poursuite des recrutements, pas de baisse des salaires, Alain Juppé cherche à rassurer les fonctionnaires

Alain Juppé a enchaîné avec la réforme de l'assurance maladie. "La santé c’est ce que nous avons de plus précieux. Je suis prêt à tout faire pour que notre système de santé soit consolidé. Je ne réformerai pas l’assurance maladie en diminuant le taux de remboursement des Français et en transférant une partie de ces remboursements à des mutuelles privées", a-t-il affirmé en fustiguant le programme de son adversaire. "Je ne limiterai pas l’assurance maladie au remboursement des maladies graves." 

Poutine s'invite de nouveau dans la campagne

Le maire de Bordeaux en a aussi remis une couche en évoquant le soit-disant de soutien de Vladimir Poutine à François Fillon. "J’ai été un peu surpris de l’entendre exprimer sa préférence pour la primaire." "Je ne sais pas s’il viendra voter dimanche prochain", a-t-il ajouté, provoquant des rires dans la salle.

En vidéo

Alain Juppé sur le soutien de Poutine à Fillon : "je ne sais pas s'il viendra voter dimanche prochain"

Juppé se dit confiant

Enfin, alors que les sondages le donnent déjà perdant, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac s'est dit confiant. "Comme vous tous, j’en suis sûr, ce soir j’ai confiance. J’ai confiance dans la victoire dimanche prochain. Oui, nous allons gagner, tous ensemble." Il a rappelé à ses soutiens l'importance du vote à venir. "Ne vous y trompez pas, le second tour de la primaire dimanche prochain c’est en réalité le premier tour de la présidentielle de mai 2017. Et donc avant d’aller voter, dites à vos amis de se demander quel est le projet politique, la méthode, la vision de la politique et de la France qui permettra le mieux d’apaiser, de rassembler pour réformer et donc de gagner. Et là aussi, vous avez la réponse. J’ai la conviction même que je peux vous conduire à la victoire dimanche prochain et en mai 2017."

En vidéo

Alain Juppé sur la politique étrangère : " Je veux refaire de la France, une puissance d'influence mondiale"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter