En se recueilllant à Colombey-les-Deux-Églises, Juppé cherche à se placer comme l'héritier du général de Gaulle

HÉRITAGE - En mauvaise posture face à François Fillon avant le second tour de la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé s’est rendu ce vendredi à Colombey-les-Deux-Églises. Le maire de Bordeaux s’est recueilli sur la tombe du général de Gaulle, essayant ainsi de se placer comme son héritier politique avant le vote de dimanche.

La visite d’Alain Juppé à Colombey-les-Deux-Églises n’était pas prévue. Le candidat à la primaire de la droite a averti la presse de son passage dans le village où repose le général de Gaulle quelques heures avant sa venue. "J’allais à Nancy (où se tiendra son meeting ce vendredi soir, ndlr) puis je me suis dit que sur la route, ça valait la peine de faire ce détour car comme vous le savez, j’aime venir à Colombey. C’est un lieu où je ressens toujours une émotion particulière. Le site est impressionnant et en plus j’ai des amis" s’est-il justifié auprès des journalistes qui lui demandaient des explications sur sa visite.

Outre l'attachement d'Alain Juppé pour les lieux, impossible de ne pas y voir un signe politique avant le scrutin de dimanche. Le maire de Bordeaux n'est pas en position favorable, et se placer comme l'héritier politique du général de Gaulle auprès de l'électorat de droite ne fait jamais de mal. "En ce moment un peu trouble, c’est toujours bien de se ressourcer, de retrouver ses racines politiques" a expliqué le finaliste. "Les miennes sont gaullistes. Je pense que le message du général de Gaulle reste tout à fait d’actualité. Son message pour moi il est double : c’est d’abord un attachement charnel à la patrie, à la nation, à la France. Et puis le gaullisme pour moi, c’est aussi un humanisme, le gaullisme social, une certaine vision de l’homme. N’oublions pas que c’est le général de Gaulle, avec le conseil national de la résistance qui a fondé la sécurité sociale." 


Impossible dans cette dernière citation d'Alain Juppé de ne pas y voir un nouveau tacle à François Fillon. Les deux hommes sont en effet en désaccord sur la façon de redresser les comptes de la Sécu, et se sont écharpés à ce sujet lors du débat de jeudi soir.

Lire aussi

En vidéo

JT WE - Visite high-tech pour Fillon, recueillement sur la tombe de de Gaulle pour Juppé : une dernière journée de campagne diamétralement différente pour les deux candidats

En vidéo

JT WE - Primaire de la droite : deux candidats, deux stratégies de campagne

En vidéo

Débat du second tour - La conclusion d'Alain Juppé : deux minutes pour convaincre

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Lire et commenter