La déferlante Fillon va-t-elle handicaper le FN ?

A DROITE TOUTE – En cas de victoire de François Fillon au second de la primaire de la droite et du centre, le FN verra son espace politique à droite être concurrencé par un candidat particulièrement conservateur sur les questions sociétales. Conséquence : un recentrage sur les thématiques économiques s’imposera si Marine Le Pen ne veut pas se faire siphonner ses voix.

Le FN s’était préparé à affronter Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle. Il va donc sans doute devoir réviser sa stratégie en cas de victoire de François Fillon dimanche prochain au second tour de la primaire de la droite et du centre. 


Comme le confie ce lundi ce frontiste, non sans pessimisme, une victoire à la primaire de celui qui a écrit "Vaincre le totalitarisme islamique" (Ed. Albin Michel) ne serait en effet pas "une bonne nouvelle" pour le FN. "Une grande partie des conservateurs et des catholiques traditionnels auront moins l'impression de se boucher le nez pour voter. Ca coupe des possibilités, donc moins d'espace pour le FN", souligne-t-il auprès de l'AFP.

Lire aussi

Il est vrai que les propositions sur les questions sociétales de l’ancien Premier ministre ont de quoi séduire les électeurs tentés par le FN. Et notamment sa volonté de remettre en cause l’adoption plénière pour les couples homosexuels, vecteur de mobilisation au premier tour de la primaire. Et il y a lieu de penser qu’elle le sera à nouveau lors de la présidentielle.


Cet électorat conservateur, également sensible aux problématiques liées à l’islam, peut donc désormais compter sur un candidat de droite qui pense comme lui. Au grand dam de Marine Le Pen qui aurait préféré ferrailler avec Alain Juppé et son concept "d’identité heureuse".  Au FN, on fait cependant mine de ne pas voir le problème. Hors micro, un "mariniste" confie ainsi à l'AFP dans une formule ambivalente le scénario Fillon "pas forcément mauvais". Selon lui, le "report des voix de gauche ne sera pas bon" sur celui qui, en 2013, avait dit vouloir voter pour le "moins sectaire" entre un frontiste et un socialiste. 

En vidéo

Philippot : "Si Fillon se focalise sur les sujets sociétaux, il se trompe"

Lire aussi

Pourtant, signe d’une certaine fébrilité, le FN a attaqué dès ce lundi pied au plancher le député de Paris. Il a en particulier critiqué son programme économique très libéral, tout en l'associant au bilan de Nicolas Sarkozy. David Rachline, directeur de campagne présidentielle de Marine Le Pen, affirme ainsi à l'AFP que le projet économique de l'ancien Premier ministre est tout simplement "délirant".


Nicolas Bay, secrétaire général du FN, l’ancien sénateur de la Sarthe, rappelle quant à lui  à l'AFP que François Fillon a également été à Matignon, entre 2007 et 2012, le "chef d'orchestre" de la politique sarkozyste. Il le juge ainsi co-responsable du "million d'étrangers entrés en 5 ans" dans le pays et de l'"explosion de la dette et du chômage". C’est "le plus ultra de tous. Le débat sera clair et net !" croit également savoir Florian Philippot.


Fidèle à son "discours de vérité", François Fillon, s’il confirme sa déferlante dimanche prochain, continuera de son côté à empiéter sur les thématiques fortes du FN. Quitte à susciter l’ire de la gauche. Comme un certain Nicolas Sarkozy en 2007, avec le succès qu’on lui connaît.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter