Primaire de la droite : qui dit quoi sur le mariage homosexuel ?

Primaire de la droite : qui dit quoi sur le mariage homosexuel ?
PRIMAIRE DE LA DROITE ET DU CENTRE

Toute L'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

POUR OU CONTRE - Selon un sondage Ifop pour l’Association des familles homoparentales, 54% des sympathisants Les Républicains sont défavorables à une abrogation de la loi Taubira qui a ouvert le mariage et l’adoption aux couples de même sexe en 2013. Quelle est la position des huit candidats à la primaire de la droite à ce sujet ?

Mercredi, le sondage Ifop pour l’Association des familles homoparentales a révélé que près de deux Français sur trois (62%) sont défavorables à une abrogation de la loi Taubira qui a ouvert le mariage et l’adoption aux couples de même sexe en 2013. Du côté des partisans Les Républicains, ils sont même 54% à y être opposés. Passage en revue des positions des candidats à la primaire sur ce sujet de société. 

Ceux qui sont contre

Le député de la Drôme Hervé Mariton est l’un des plus fervents opposants à la loi Taubira. Orateur du groupe UMP lors des débats concernant le projet de loi à l’Assemblée, il entend revenir sur le texte. "Quand un texte est mauvais, il ne suffit pas que deux ou trois années passent pour le rendre bon" a-t-il déclaré cet été. Le maire de Crest est favorable à un contrat d’union civil. Selon lui, "un couple de même sexe engagé dans la durée doit être reconnu mais pas le mariage car le mariage entraîne la filiation, la filiation ce sont les mères porteuses et je n’en veux pas" a-t-il affirmé sur RTL le 11 août dernier. En revanche, il ne souhaite pas annuler les unions rétroactivement.

Le député des Yvelines et président du Parti chrétien démocrate Jean-Frédéric Poisson est l’autre grand opposant au mariage pour tous. Il applique à la lettre la ligne de son parti, qui souhaite définir le mariage dans la Constitution comme "l’union d’un homme et d’une femme". M. Poisson souhaite abroger la loi Taubira sans instaurer d’union civile. 

Je demanderai au Parlement de réécrire le droit de la filiation afin de protéger les droits de l’enfant- François Fillon

François Fillon est l’un des principaux candidats de cette primaire à s’être engagé à revenir sur la loi Taubira en revoyant l’adoption plénière. "Je demanderai au Parlement de réécrire le droit de la filiation afin de protéger les droits de l’enfant" a-t-il réaffirmé récemment lors d’un discours dans la Sarthe. L’ancien Premier ministre ne souhaite pas remettre en cause le mariage entre deux personnes de même sexe, mais revoir les règles concernant la filiation. "Il ne me paraît pas légitime que la loi permette de considérer qu’un enfant est fils ou fille, de manière exclusive, de deux parents du même sexe", a-t-il déclaré dans la Croix en juin dernier. Il n’est pas contre autoriser l’adoption simple après qu’un juge statue en fonction de l’intérêt de l’enfant. Cette position lui a valu d’être soutenu, lors de la primaire de la droite, par Sens Commun, émanation de la Manif pour tous au sein du parti Les Républicains.

Celui qui est pour

Alain Juppé prône lui la continuité. En novembre 2014 dans les Inrocks, il se disait favorable à l’adoption et au mariage pour les couples de même sexe. "Je suis convaincu qu’on ne reviendra pas en arrière : on ne démariera pas les couples homosexuels." Il aurait tout de même "préféré un autre mot que mariage car des couples homosexuels et hétérosexuels, ce n’est pas tout à fait la même chose."

Ceux qui ont changé d'avis

Jean-François Copé a une position ambiguë sur le sujet. En 2012, il avait clairement indiqué qu’il était opposé au mariage pour tous. Il avait même invité les militants UMP à participer aux défilés organisé par le collectif de la Manif pour tous, opposé à l’union entre personnes du même sexe. Il avait également voté contre le texte à l’Assemblée et refusé de célébrer des mariages homosexuels dans sa ville de Meaux. Mais en 2013, le député avait expliqué avoir toujours été pour le mariage gay, mais contre l’adoption, la PMA et la GPA. 

Nicolas Sarkozy a lui aussi opéré un changement de position à ce sujet, et adopté des avis variés en fonction de son auditoire. Dans son livre La France pour la vie, il explique avoir "évolué" sur le mariage pour tous. Un temps partisan de l’abrogation de la loi, il explique à ses lecteurs que s’il revenait au pouvoir il n’en serait rien. "Pas question de démarier les mariés ou de revenir en arrière sur le principe du mariage homosexuel. J’avais pensé que les ambiguïtés de la loi Taubira imposeraient une nouvelle rédaction. A la réflexion, je crains que compte tenu de l’état de tension et de division de la société française (…) le remède soit pire que le mal. Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau" écrit-il dans son livre. 

Je ne souhaite pas revenir sur la loi Taubira- Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet a toujours défendu le mariage homosexuel. Toutefois, elle n’avait pas voté le texte à l’Assemblée par opposition à la GPA. "Je m’abstiendrai. Ce n’est pas un refus de choisir mais une abstention militante en engagée, avait-elle expliqué à Libération. A la fois mon accord pour l’union de deux personnes du même sexe, et ma détermination contre la porte ouverte à la GPA et la PMA." Mais en juin dernier, l’élue parisienne avait un peu changé sa position, expliquant qu’elle était "favorable au mariage pour tous", "favorable à l’adoption par les couples homosexuels", mais également "favorable à la PMA pour les couples homosexuels" et qu’elle ne souhaitait "pas revenir sur la loi Taubira".

Bruno Le Maire s’était lui aussi abstenu de voter pour ou contre la loi Taubira à l’Assemblée. En mai dernier, en meeting à Versailles, il avait confirmé qu’il ne reviendrait pas sur le mariage pour tous. En juillet 2015, il disait au JDD : "Oui, je crois au mariage homosexuel ; oui, je crois que l’amour homosexuel vaut l’amour hétérosexuel." Il racontait également avoir "ressenti de la fierté" lorsqu'il avait "été hué pour (ses) convictions". 

VIDÉO - Le mouvement "Sens commun" derrière le lobbying anti mariage pour tous :

En vidéo

Le mouvement "Sens commun" derrière le lobbying anti mariage pour tous

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent