Débat Fillon VS Juppé : entre Chirac et Giscard d'Estaing, à chacun son président

PRIMAIRE DE LA DROITE ET DU CENTRE
LE PARRAIN - Alain Juppé et François Fillon s'affrontent ce jeudi 24 novembre dans le dernier débat de la primaire de la droite et du centre. Si Alain Juppé peut se targuer du soutien de Jacques Chirac, François Fillon peut s'afficher avec... Valéry Giscard d'Estaing.

Deux anciens Premiers ministres qui présentent chacun un ancien président comme soutien, voilà qui se remarque, dans une course à la primaire. A droite, Alain Juppé et Jacques Chirac. Et... à droite, François Fillon avec... Valéry Giscard d'Estaing.


 Ce dernier s'est exprimé dans les pages du Figaro, après le dernier débat entre les sept prétendants à la primaire, jeudi 17 novembre, et n'a pas tari d'éloges sur le député de la Sarthe : "François Fillon est sérieux et honnête. Il croit à ce qu'il dit et fera ce qu'il a dit".

Lire aussi

C'est un des rares hommes d'Etat que la France doit avoir en réserve.Valéry Giscard d'Estaing

Ce soutien affiché publiquement cache en fait un secret de polichinelle. En effet, Valéry Giscard d'Estaing conseille dans l'ombre, depuis plusieurs mois, François Fillon. Déjà, en 2010 sur Public Sénat, l'homme politique  voyait en l'ancien Premier ministre toute l’étoffe d'une personne à pouvoir incarner la plus haute autorité. "C'est un des rares hommes d'Etat que la France doit avoir en réserve. On doit avoir en réserve des présidents de la République, on en a besoin. C'est un des rares, très franchement. Quand je dis rare, je dis rare au singulier", déclarait-il.


En plein renouveau fillonniste dans la course à la pré-présidentielle à droite, le soutien ne manque pas de piquant. La victoire du Sarthois a semblé se faire au détriment d'Alain Juppé, jusque-là favori des sondages. Et depuis le premier tour de la primaire, les deux hommes n'arrêtent pas de s'écharper pour se différencier, notamment sur l'avortement et leur programme économique.

Lire aussi

Voir Valéry Giscard d'Estaing soutenir celui qui devrait désarçonner le poulain de Jacques Chirac rappelle qu'entre les deux hommes, la détestation était de notoriété publique. Rivaux de 50 ans, ils ne se sont jamais épargnés : le Corrézien avait refusé de soutenir l'Auvergnat en 1981 contre François Mitterrand, après avoir été le Premier ministre du président Giscard. Et le temps n'y avait rien fait : alors qu'ils se cotoyaient au Conseil constitutionnel, ils n'aimaient rien tant que de se montrer leur mépris.

Lire aussi

En vidéo

Les militants de François Fillon restent calmes malgré les piques répétées d'Alain Juppé

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter