Quand Alain Juppé annonce des réformes impopulaires : "Certaines mesures ne seront pas empreintes de miel"

Quand Alain Juppé annonce des réformes impopulaires  : "Certaines mesures ne seront pas empreintes de miel"
PRIMAIRE DE LA DROITE ET DU CENTRE

Toute L'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

CHRONIQUE DE LA PRIMAIRE - En meeting à Lyon jeudi 29 septembre au soir, Alain Juppé a détaillé la façon dont il gouvernera le pays s'il est élu. Sa méthode : annoncer tout ce qu'il fera d'impopulaire avant l'élection. Quitte à perdre cette dernière, bien entendu.

"J'ai un long passé politique. C'est un  atout et un handicap." Si Alain Juppé ne s'est pas attardé sur le "handicap", ce jeudi soir en meeting à Lyon, il a fait valoir son atout. Il s'agit, selon lui, de l'expérience des grèves de 1995 qui ont mis la France au ralenti durant un mois, lorsqu'il était Premier ministre. Le candidat à la primaire à droite en a retenu une chose : cette réforme des régimes spéciaux qui lui a coûté si cher n'a pas échoué parce qu'elle était impopulaire, ou parce qu'il était inflexible, mais parce qu'elle était "improvisée". 

Alain Juppé en a tiré les leçons pour la prochaine présidentielle : il dira avant tout ce qu'il va faire d'impopulaire. Devant près de 2000 supporters, il a résumé ainsi : 

Je préfère être battu que gagner en racontant des mensonges- Alain Juppé

Puis il a détaillé sa façon de faire, déjà égrénée au fil des réunions publiques : "La méthode sera mise en place avant même la présidentielle [...] Je rendrai les projets de loi publics avant l'élection". Alain Juppé prévoit de légiférer par ordonnance pour réaliser les principales réformes dès les premiers mois du quinquennat, sans attendre les débats au Parlement. 

Impopulaire ? Même pas peur

Parmi les projets qui ne vont pas plaire aux Français - et c'est pour cela qu'ils voteront pour lui -, Alain Juppé survole certaines de ses propositions : la suppression des 35 heures, le prolongement du temps de travail pour les fonctionnaires, l'assouplissement du licenciement économique pour les salariés en CDI, le report de l'âge de départ à la retraite à 65 ans et le redressement manu militari des comptes publics qui souffrent d'une dette "toujours plus abyssale". Le maire de Bordeaux emploie cette douce formule pour préciser sa pensée : 

Certaines mesures ne seront pas empreintes de miel- Alain Juppé

Et pour garantir qu'il ira jusqu'au bout, le favori de la primaire ressort son argument choc : "Je ne ferai qu'un seul mandat et comme ça, je ne serai pas préoccupé par ma cote de popularité". Puis il en ajoute un autre à destination des syndicats - il parle de la CGT sans la nommer -, ceux-là même qui ont mobilisé les salariés contre ses réformes en 1995, et qui se sont opposés à la la réforme du code du travail du gouvernement Valls en 2016.

Si les Français me font confiance, je ne vois pas comment telle ou telle organisation syndicale pourrait descendre dans la rue au lendemain des élections- Alain Juppé

Personne ne pourra dire qu'il n'a pas été prévenu...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent