#AJ2022, le hashtag qui projette déjà Alain Juppé dans la bataille à la candidature pour 2022

#AJ2022, le hashtag qui projette déjà Alain Juppé dans la bataille à la candidature pour 2022

TROLL - Gilles Boyer, le directeur de campagne d'Alain Juppé, a tweeté de façon laconique ce lundi matin #AJ2022. Un dernier trait d'humour sarcastique pour cet adepte des réseaux sociaux ou le secret espoir que son champion se relance dans la course en 2022 ?

Il y a des lendemains de défaite qu'il faut savoir appréhender avec un peu de légèreté. Tel est le crédo du premier des conseillers d'Alain Juppé, Gilles Boyer, qui a tweeté ce lundi matin le hashtag #AJ2022, en référence à la prochaine présidentielle dans cinq ans.

Toute l'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Un tweet à prendre au second degré ?

Un tweet à prendre au second degré (quoique) après les déclarations d'Alain Juppé, dimanche soir : "Je termine cette campagne comme je l'ai commencée, en homme libre qui n'aura transigé ni avec ce qu'il est, ni avec ce qu'il pense", a-t-il lancé avec émotion, dans une sorte de testament de politique nationale. Désormais, il se consacrera "pleinement à sa tâche de maire de Bordeaux".

Un hashtag pris comme un gag par certains internautes...

D'autres ont préféré railler l'âge d'Alain Juppé qui aura 77 ans en 2022...

Quant aux soutiens de Nicolas Sarkozy, ils prennent leur revanche sur le fidèle conseiller d'Alain Juppé dont les tweets satiriques avaient fini par irriter leur candidat.

Lire aussi

    En vidéo

    Que va devenir Alain Juppé ?

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

      Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

      Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

      EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

      Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

      Lire et commenter