Blagueur, lecteur du Coran et (très) chrétien : qui est Jean-Frédéric Poisson, le moins connu de la primaire de droite ?

DirectLCI
RÉVÉLATION - Il est l'un des sept candidats à la primaire de la droite et du centre, et s'est révélé lors du premier débat. Qui est Jean-Frédéric Poisson ? LCI a listé les six choses à savoir sur celui qui est crédité de 2% d’intentions de vote dans les derniers sondages.

Jean-Frédéric Poisson est assurément le moins connu des sept candidats à la primaire de la droite et du centre. Pourtant, le député des Yvelines né en 1963 à Belfort, est crédité selon le dernier sondage Kantar Sofres OnePoint pour LCI de 2% d’intentions de vote, autant que Jean-François Copé. Voici six choses à savoir sur le protégé de Christine Boutin.

Lire aussi

Il ne fait pas partie des Républicains

Contrairement à tous les autres participants à la primaire de la droite et du centre, Jean-Frédéric Poisson n’est pas membre du parti Les Républicains mais président du Parti-chrétien démocrate (PCD). Proche de Christine Boutin, qu’il a rencontrée pour la première fois en 1993, cette dernière lui laisse les clés du parti en 2013. Jean-Frédéric Poisson, qui a eu la révélation de Dieu un "samedi 30 janvier 1982 à 9h15", en classe, ne cache pas sa foi. Il dit vivre et faire de la politique "comme un chrétien". Il souhaite d’ailleurs intégrer dans la Constitution "les racines chrétiennes de la France". Il continue également de demander l’abrogation de la loi Taubira, et souhaite supprimer le droit du sol.

Lire aussi

Il aime faire des blagues avec son nom de famille

Poisson. Ce nom de famille, plutôt facile à retenir et amusant, le candidat a décidé d’en faire un atout. La Vie rappelle que le 1er avril 2013, il avait présenté une proposition de loi "visant à protéger les députés de la République portant un nom de genre, d’espèce ou d’animal aquatique ou subaquatique de toute discrimination en raison de leur nom". Sa blague n’avait pas fait l’unanimité, notamment auprès du député Jean-Marie Tétart. "Je ne suis pas solidaire. C’est décalé par rapport à l’actualité et à ce que les gens pensent et vivent en ce moment", avait-il déclaré.


Sur son site internet, le député a accolé à ses initiales un poisson bleu stylisé. Il a également lancé une série de vidéos intitulées "Vendredi aussi c’est Poisson !" 

Il s’est fait virer de huit collèges et lycées

Jean-Frédéric Poisson n’a pas eu une enfance dorée. Son père subit de plein fouet la crise pétrolière de 1973 et perd son emploi. "On peut être détruit par cette série de portes qui vous claquent à la figure", témoigne l’homme politique dans Libération, qui lui a consacré un portrait. Sa famille déménage plusieurs fois, ses parents divorcent… Dans ce contexte difficile, l’élève Poisson s’ennuie et se fait virer de huit collèges et lycées. Il cumule les petits boulots, de vendeur de tapis à livreur de fleurs, jusqu’à ce qu’il se passionne pour la philosophie. Il obtient même un doctorat dans cette matière. 

Il a rencontré deux fois Bachar al-Assad à Damas

En juillet et octobre 2015, Jean-Frédéric Poisson rencontre à deux reprises Bachar al-Assad à Damas. Lors de leur première rencontre, les deux hommes s’étaient entretenus 1h20. "Il est courtois, souriant, moderne dans sa manière de parler, pas du tout guindé. Entre l’image de boucher et celui que j’ai rencontré, on ne doit pas parler du même homme", avait expliqué le député des Yvelines. "Il n’a pas l’intention de faiblir, il consacre son énergie à défendre son pays, ce qui n’est pas contestable." Le candidat à la primaire avait expliqué avant ces rencontres qu’il ne soutenait "pas le régime Assad" en se montrant très pessimiste sur ses chances de partir : "Je pense qu’il n’est absolument pas sur le départ et que les rebelles n’arriveront jamais jusqu’à Damas". 

Un bon vivant et un bon cuisinier

A l’Assemblée nationale, il est membre du XV parlementaire (où il joue à gauche) ainsi que des coteries de fumeurs de pipes et de chasseurs. Ses collègues parlementaires le respectent pour son travail et son érudition. Le socialiste Régis Juanico témoigne dans Libération : "Quand il intervient dans l’Hémicycle, ce n’est pas pour bavasser, il fait autorité". Olivier Dussopt (PS) décrit quelqu’un de "sympa et de bonne composition", Sébastien Denaja (PS) parle d’un "type avenant, courtois, drôle". Ses amis confirment : Jean-Frédéric Poisson est un amateur de bonne chair et un excellent cuisinier. Il se vante d’ailleurs de cuisiner "le meilleur risotto au sud de la Seine et une blanquette de poulet teriyaki dont on dit qu’il n’y en a pas de semblable dans le périmètre". 

Il a lu le Coran et apprend l’arabe

Jean-Frédéric Poisson explique avoir déjà lu le Coran, qui trône sur sa table de chevet. Depuis deux ans, il apprend l’arabe. "Par honnêteté intellectuelle pour connaître le sujet dont on parle, explique-t-il. La place de l’islam est une des questions cruciales posées à la France".

Lire aussi

VIDÉO - Primaire de la droite et du centre : "Je reste sur ma faim", la dernière minute de Jean-Frédéric Poisson

En vidéo

Primaire de la droite et du centre : "Je reste sur ma faim", la dernière minute de Jean-Frédéric Poisson

Lire et commenter