VIDÉO - Fans de François Fillon, que veulent les partisans de la droite traditionnelle ?

LA MESSE EST DITE - Les militants de la "droite traditionnelle" ont voté massivement pour François Fillon lors du premier tour de la primaire de la droite et du centre.

Ils sont les meilleurs alliés de François Fillon. Avec eux, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy peut espérer devenir le candidat de la droite et potentiellement le prochain président de la République. Mais que veut "la droite tradi" ?

Ils se placent en défenseurs, bec et ongles, de la famille, au sens "conservateur" du terme. Entendez : un papa, une maman et des enfants. Ce sont eux qui sont venus grossir les cortèges de la Manif pour tous, pour dire leur opposition à l'instauration du mariage pour les couples de même sexe, en 2013.


"Leur coeur de croyance, c'est la représentation du monde comme une famille", analyse Philippe Moreau-Chevrolet, communicant et dirigeant de MCBG Conseil. "Avec un père qui a son rôle d'autorité, une mère qui a son rôle maternel au foyer et des enfants qui sont élevés dans ce respect de la tradition et de l'autorité. Tout ça forme un pays, la France, qui est fantasmé comme une espèce de super famille." Une France des années 1950, en somme.

"Se payer le candidat d'en face"

La droite tradi, c'est aussi la droite catholique, fidèle à sa religion, bien insérée socialement et favorable à une économie très libérale. Ce sont des personnes plutôt âgées et très politiques. Elles ont voté massivement dimanche dernier pour soutenir François Fillon lors du premier tour de la primaire de la droite et du centre. Selon Jonathan Bouchet-Peterson, journaliste à Libération, "plus que de l'adhésion et de l'engouement pour François Fillon qui est le candidat qui représente leurs idées depuis plusieurs mois, ils veulent se payer le candidat d'en face, que ce soit Sarkozy ou Juppé".


Une analyse bien éloignée de la "révolution conservatrice"  qu'incarnerait François Fillon, à en croire Patrick Buisson. Plus que la victoire de ce dernier, c'est la défaite d'Alain Juppé, réprésentant de "cette droite qui ne s'assume pas". Un Alain Juppé "porte-parole de la modernité", continue sur Europe 1 l'ancien conseiller très droitier de Patrick Buisson, et "absolument ringard".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter