VIDÉOS - Médecins, ministres, programmes scolaires, pauvreté... notre débrief du débat Juppé-Fillon

VIDÉOS - Médecins, ministres, programmes scolaires, pauvreté... notre débrief du débat Juppé-Fillon

CORRECTIONS - Quelques heures après la fin du débat entre les deux finalistes de la primaire de la droite et du centre, LCI revient sur quatre moments d'exagération, d'oubli ou d'intox de leur ultime confrontation.

Jeudi 24 novembre, Alain Juppé et François Fillon s'affrontaient pour la dernière fois avant que les urnes ne rendent leur verdict, pour le second tour de la primaire de la droite et du centre, dimanche 27 novembre. Deux heures de débat au cours desquels nombre de thèmes ont été balayés, de l'éducation à la santé en passant par le traitement des anciens ministres et le salaire des médecins.

En pleine campagne, évidemment, les exagérations peuvent être de mise, quand on cherche par exemple à séduire un électorat qui ne vous est pas acquis ou qui pourrait s'échapper. Petit tour d'horizon de ce qui est vrai, faux ou à discuter. 

Toute l'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

1. Jeanne d'Arc et Clovis censurés des manuels d'histoire ?

Premier écueil observé au niveau des programmes scolaires. Défenseur de l'enseignement du "récit national", François Fillon a répété à plusieurs reprises, y compris lors du débat, que de nombreux éléments de ce récit avaient disparu des manuels scolaires. Au premier rang desquels Jeanne d'Arc, entre autres. Des propos un brin radicaux qui méritent d'être nuancés.

Voici l'échange et toutes les infos en suivant le lien :

En vidéo

Lire aussi

    2. Les médecins sont-ils si mal payés ?

    Autre débat qui préoccupe beaucoup les candidats : la réforme de notre régime de santé, décrié pour son inefficacité. Une thématique très appréciée à droite. François Fillon propose pour cela de diminuer le nombre de fonctionnaires et d'augmenter le salaire des médecins afin de les inciter à s'installer dans des zones désertifiées. Mais ce dernier s'égare un peu quand, mentionnant le malaise des médecins, il s'indigne qu'ils soient moins bien rémunérés que "quelqu'un qui vient réparer notre plomberie".

    Voici la séquence... et la rectification juste en-dessous :

    En vidéo

    Lire aussi

      3. L'Allemagne et la Grande-Bretagne, des modèles pour l'emploi ?

      Alain Juppé et François Fillon ont donc beaucoup fait pour vanter la flexibilité du marché du travail de certains de nos pays voisins, adeptes de réformes libérales, et ainsi légitimer leur volonté de sortir des 35 heures... sans mentionner les conséquences sociales de telles mesures. 

      Voici ce qu'ils ont dit (et nos précisions dans le lien après) :

      En vidéo

      Lire aussi

        4. Ministres, la vie d'après

        Enfin, dernier écueil observé par nos soins : le traitement des ex-ministres, qui augurerait de nombreux fantasmes chez les Français. François Fillon indique à raison que ces derniers ne bénéficient pas de retraite. Ce qui n'empêche pas de bénéficier d'autres prestations qui peut-être, alimentent les "fantasmes chez les Français".

        Notre approfondissement est disponible juste après la mise au point de l'ancien Premier ministre :

        En vidéo

        Lire aussi

          Sur le même sujet

          Les articles les plus lus

          EN DIRECT - Covid-19 : le couvre-feu prolongé pour deux semaines en Martinique

          EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : le bilan s'alourdit à deux morts, le corps d'une femme de 82 ans retrouvé

          Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

          VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

          Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

          Lire et commenter
          LE SAVIEZ-VOUS ?

          Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

          Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.