Arnaud Montebourg : "Dieu, je l'ai cherché longtemps, je n'en ai pas trouvé le secours malheureusement"

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

CRISE DE FOI - Invité de LCI mardi matin, Arnaud Montebourg s'est confié sur sa quête de transcendance. Et pour l'heure, il n'a pas trouvé grand chose. Cependant, le candidat à la primaire de gauche estime que "le champ politique doit être évacué de toute intrusion religieuse".

Dans la campagne présidentielle, il y a ceux qui se disent "chrétiens", et d'autres qui s'excusent de ne pas l'être. Interrogé sur la religion, en référence aux propos récents de François Fillon, Arnaud Montebourg a affirmé mardi matin, sur LCI, "respecter ceux qui ont une transcendance". Mais pour sa part, la quête s'est interrompue en chemin. Et il s'en excuserait presque : 

Je ne suis pas baptisé. J'admire beaucoup ceux qui ont un dieu, moi je l'ai cherché pendant longtemps, je n'en ai pas trouvé le secours malheureusement- Arnaud Montebourg

Malgré tout, Arnaud Montebourg, candidat à la primaire de la gauche, se dit "sensible au mystère de la création du monde".  

Récupération politique

En se confiant sur ses vues métaphysiques, Arnaud Montebourg n'oublie pas pour autant de rappeler que le religieux "doit être hors du champ politique". A propos de François Fillon, qui se disait "gaulliste et chrétien", l'ex-ministre de l'Economie estime qu'il n'est "pas possible d'en faire un argument électoral". Et conclut : "Le champ politique doit être évacué de toute intrusion religieuse". 

Ses confessions matinales sur la question étaient probablement l'exception qui confirme la règle. 

Voir aussi

En vidéo

Renault - Montebourg: "Par l'alliance des forces productives: patronat, syndicats, (...) nous pouvons refaire de la France une base productive forte"

Et aussi

Lire et commenter