Primaire à gauche : quand le candidat Montebourg s'indigne sur le Famas et le laisser-faire... du ministre Montebourg ?

Primaire à gauche : quand le candidat Montebourg s'indigne sur le Famas et le laisser-faire... du ministre Montebourg ?
PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
FACILE À DIRE - Jeudi soir, Arnaud Montebourg s'est offusqué que le gouvernement de Manuel Valls laisse l'armée remplacer son Famas par un fusil d'assaut allemand. Mais à l'époque où cette décision a été prise, Montebourg, ministre de l'Economie, s'indignait moins.

Pendant le troisième débat de la primaire organisée par le PS, jeudi 19 janvier, Arnaud Montebourg a interpellé Manuel Valls au sujet du remplacement des fusils d'assaut français Famas par des HK allemands, décidé lorsqu'il était Premier ministre. "J'ai un reproche à faire au gouvernement qui a été dirigé par Manuel Valls", a débuté le candidat Montebourg, chantre du "made in France".


En septembre dernier, l'armée française a annoncé qu'elle remplacerait ses traditionnels fusils Famas, produits à Saint-Etienne, par des fusils HK de production allemande. Arnaud Montebourg s'est offusqué : "Le gouvernement n'a rien trouvé de mieux que de faire travailler une entreprise étrangère, sans même lui demander de venir le fabriquer en France".  

Je trouve que c'est une atteinte à notre souveraineté.Arnaud Montebourg

Indignation... trop tardive

Le problème, c'est que pour pouvoir produire le Famas en France, il fallait se réveiller plus tôt. L'industrie de fabrication d'armes de ce genre s'est éteinte. La fameuse Manufacture d'armes de Saint-Etienne a fermé en 2001. Reste une entreprise stéphanoise, spécialisée dans les armes de chasse et de défense (comme le flash-ball).


Donc, il est facile d'accuser le gouvernement de Manuel Valls, mais quand on sait que cette décision de remplacer le Famas a été prise avant 2014, et que c'est en juin 2014 que la seule candidature "made in France", celle de l'entreprise stéphanoise, a été écartée, son chiffre d'affaires étant trop faible pour rentrer dans les clauses de l'appel d'offres... Et qui était alors ministre de l'Economie et avait les moyens de s'indigner et de faire pression ? Arnaud Montebourg.

En vidéo

L’armée française abandonne le Famas, son fusil d’assaut

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter