Et là, Jean-Luc Bennahmias poussa son coup de gueule de "petit" candidat

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
PAS CONTENT - En plein débat, le candidat du Front démocrate a poussé son petit coup de gueule, reprochant que les "trois petits candidats" parlent moins des sujets moins "grands" que les autres.

Le débat se déroulait dans une ambiance assez feutrée quand un candidat a décidé de secouer un peu tout ça. Alors qu'on approchait les 50 minutes de débats, tout d'un coup, une voix lance : "Il va falloir un tout petit peu remettre les pendules à l'heure !" C'est Jean-Luc Bennahmias qui pousse un coup de gueule.


Et sa sortie est littérale. Le candidat du Front démocrate critique la répartition du temps de paroles et constate le "retard accumulé par les trois petits candidats". Sont concernés : lui-même, François de Rugy et Sylvia Pinel, qui ont du apprécier d'être qualifiés de "petits candidats". 

Nous avons autant d'idées que l'ensemble des candidatsJean-Luc Bennahmias

Jean-Luc Bennahmias, outre les retards aux chronomètres, reprochait aussi aux arbitres du débat que les grands thèmes "régaliens" ne soient abordés que par les quatre grands candidats, à savoir Vincent Peillon, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Manuel Valls.


Et alors qu'Elisabeth Martichoux (RTL) lui faisait valoir qu'on "allait lui donner la parole", il a répondu : "Oui mais je vous le dis quand même. Il n’y a pas des candidats qui ont la parole sur les grands sujets et des petits candidats sur les petits. Nous avons autant d'idées que l'ensemble des candidats".


Deux minutes plus tard, Benoît Hamon reprochera lui aussi à Elisabeth Martichoux de leur "couper la parole toutes les minutes".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter