Echange très tendu entre Benoît Hamon (PS) et Julien Sanchez (FN) dans "L'Emission politique" sur France 2

DEBAT - Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche, a répondu vivement jeudi soir, dans L'Emission politique sur France 2, aux interpellations du maire FN de Beaucaire Julien Sanchez. Les échanges les plus tendus ont concerné l'accueil des migrants.

La rencontre a été brève mais intense. Interpellé dans "L'Emission politique" (France 2), jeudi soir, par le maire FN de Beaucaire (Gard), Julien Sanchez, Benoît Hamon a vivement répondu à son interlocuteur. 


Accusé de vouloir accueillir des réfugiés sur le territoire français, une immigration "qui n'a rien à voir avec notre civilisation", le député socialiste a accusé le Front national de proposer "comme projet politique d’opposer la misère des uns (les Français les plus démunis, ndlr) à la misère des autres". "Ce qui est marrant, c’est la peur qui est la vôtre", a ajouté Benoît Hamon. "Cette peur ne peut nous conduire qu’à des catastrophes." Et d'enchaîner :

Nous, la France, membre du conseil de sécurité de l'ONU, 6e puissance mondiale, nous ne serions pas capables d’accueillir 0.12% de notre population ? Mais quelle idée vous faites vous de votre pays ! Vous avez une idée assez rabougrie de la France Benoît Hamon

"Vous êtes impuissants"

"Combien d’islamistes sont entrés en France à cause de vos gouvernements ?", a rétorqué Julien Sanchez à propos des réfugiés syriens accueillis sur le sol européen, faisant le lien avec les attentats de 2015 et de 2016.


"Soyons tempérants. Ne fanfaronnez pas, il y a eu des morts", a encore répondu le candidat socialiste à la primaire. "Nous, nous avons créé des postes de gendarmes, de policiers. Vous êtes incapables de dominer votre peur." "Et vous, vous êtes impuissant", a repris la maire FN de Beaucaire. Une grosse friction qui s'est terminée sur cette semonce narquoise du député socialiste : 

Vous pouvez ranger vos fiches, vous avez à peu près tout ditBenoît Hamon

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter