François Kalfon sur LCI : "Moins d'un million de votants à la primaire, c'est le risque de la disparition du PS"

François Kalfon sur LCI : "Moins d'un million de votants à la primaire, c'est le risque de la disparition du PS"

MOBILISATION - François Kalfon, directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, a estimé lundi matin sur LCI que si moins d'un million de personnes se déplacent pour voter à la primaire de la gauche les 22 et 29 janvier prochains, le Parti socialiste court le risque de disparaître.

Alors que plus de quatre millions de personnes se sont déplacées pour voter à la primaire de la droite, l'inconnue demeure sur la participation de la primaire de la gauche, dont les deux tours auront lieu les 22 et 29 janvier prochains. François Kalfon, directeur de campagne d'Arnaud Montebourg, a estimé ce lundi sur LCI qu'il fallait "au moins qu'on puisse être à deux millions". "Moins d'un million, je vous confirme que c'est le risque de la disparition" du Parti socialiste a-t-il ajouté. 

Toute l'info sur

2017 : la bataille de la gauche

Arriérés d'Arnaud Montebourg : "une contrevérité"

Faisant référence aux révélations d'arriérés que devrait son candidat au Parti socialiste, François Kalfon a déclaré : "Avec mes camarades, nous devons nous garder des boules puantes les uns vis-à-vis des autres pour faire en sorte que ceux qui ont le coeur à gauche aient envie de participer à cet élan démocrate". A ce sujet, il avait expliqué : "C’est une contrevérité lancée par un monsieur, monsieur Bataille en l’occurrence. C’est un soutien de Manuel Valls mais peu importe." Selon lui, aucun arriéré n'a été "réclamé par personne, ni le groupe socialiste ni le Parti socialiste. Le président de la Haute autorité a dit que ça n’avait été aucune fois demandé, donc ça n’existe pas."

De quels arriérés parle-t-on ?

Arnaud Montebourg a été accusé la semaine dernière de devoir plus de 80.000 euros au PS, ce qu'il a contesté "formellement". Selon certains cadres du parti, il existait bien un contentieux avec Arnaud Montebourg. "Il existe bien un contentieux ancien, qui remonte à 8 ans, où chacun campe sur ses positions et qui n'a jamais été tranché", a confirmé à l'AFP Olivier Faure, nouveau président du groupe PS à l'Assemblée, précisant qu'Arnaud Montebourg avait "toujours payé ses cotisations" mais contestait le "barème" qui lui était imposé. Christian Bataille, soutien de Manuel Valls et trésorier du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, avait déclaré qu'il réclamait encore annuellement quelques 50.000 euros correspondant à sa cotisation mensuelle auprès du groupe.Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire et premier secrétaire fédéral du PS dans ce département de 2005 à 2015, avait pour sa part affirmé à l'AFP qu'il n'existait "aucune ardoise" au nom d'Arnaud Montebourg dans sa fédération. L'entourage d'Arnaud Montebourg a précisé mercredi qu'il était à jour de ses cotisations.

Lire aussi

En vidéo

François Kalfon défend Montebourg : "Cet arriéré de cotisations n'existe pas"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccins : "Il n'y a pas de stocks cachés" assure Jean Castex

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort à l'âge de 69 ans

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Lire et commenter