Débat de la primaire de gauche : quand les proches des candidats découvrent le plateau du débat et soignent les derniers détails

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

Le 20h

ORAL - Jeudi 12 janvier sur LCI et TF1, les candidats à la primaire socialiste participeront à leur premier débat articulé autour de trois thèmes : sécurité, économie, identité. En attendant, en coulisse, les états-majors et les proches viennent repérer les lieux.

A la veille du premier grand débat de la primaire de gauche, les coulisses sont en ébullition. Alors que les spectateurs pourront découvrir sur TF1 et LCI, jeudi 12 janvier à 21h, le grand oral des sept candidats, leurs proches sont venus jeter un coup d’œil derrière le rideau pour découvrir les mécanismes qui régiront l’émission.

En vidéo

Débat de la primaire de gauche : Gilles Bouleau nous explique les règles

Un exercice périlleux

Economie, sécurité, identité : voilà les trois grands thèmes autour desquels s’articulera le débat. Mercredi 11 janvier, les états-majors sont quant à eux venus repérer les lieux… mais aussi les proches des candidats. Plateau, pupitres, caméras… rien n’est laissé au hasard. "On a tous le même objectif, explique Matthieu Croissandeau, directeur de la rédaction de l’Obs, que ce débat soit intéressant pour le spectateur [...] il faut que les candidats fassent envie, leur objectif est que les gens se déplacent pour leur primaire". 

Et après le beau succès engrangé par la primaire de la droite et du centre et ses quelque 4,4 millions de votants à chaque tour, la pression est grande. Les candidats auront ainsi trois occasions de convaincre le public du bienfondé de leur programme à la faveur de trois débats organisés les 12, 15 et 19 janvier. Une ultime confrontation sera organisée après le premier tour entre les deux finalistes, le 25 janvier. 

En vidéo

Primaire à gauche : zoom sur les propositions économiques des candidats

Mais l’ambiance, pour l’heure, est détendue : en témoigne ces embrassades entre les équipes de Manuel Valls et celles d’Arnaud Montebourg capturées par l’œil de notre caméra. Reste à savoir si cela sera le cas demain. "Ces candidats, qui finalement ont eu très peu de temps pour leur campagne, ont besoin de s’exprimer, explique Catherine Nayl, directrice de l’information du groupe TF1, de marquer des points, de marquer leurs différences, d’exister aux yeux des téléspectateurs, pour se différencier".  Et pour cela, ils devront répondre aux questions des journalistes sur leurs programmes respectifs. 

Un peu plus de deux heures de débat en perspective donc et une question : la guerre des gauches aura-t-elle lieu ? 

Voir aussi

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter