Laïcité : Caroline Fourest s'en prend violemment à Benoit Hamon et Alexis Bachelay

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
INTÉGRISME - L’essayiste et écrivain engagée pour la défense de la laïcité s’en est pris durement à Benoit Hamon ce jeudi sur LCI et a qualifié son porte-parole Alexis Bachelay de complaisant envers l’intégrisme et le clientélisme.

La victoire de Benoit Hamon à la primaire de la gauche serait-elle un danger pour la laïcité ? C’est en tout cas ce que pense et affirme l’auteure et essayiste Caroline Fourest. Invitée de LCI ce jeudi matin, la polémiste farouchement engagée dans la défense de la laïcité s’en est pris sans mâcher ses mots au favori de la primaire et à son porte-parole Alexis Bachelay.


"Même si on a envie d’éviter ces sujets et même si on a envie de vivre dans un monde formidable où il n’y a pas ce risque d’atteinte à la laïcité et d’acte terroriste, malheureusement ce monde existe", a-t-elle introduit, se référant au manque de volonté de Benoit Hamon de s’attarder sur une question où il est sévèrement mis en cause par ses opposants. Mais plus que le candidat lui-même, c’est son porte-parole qui a été ciblé par Caroline Fourest.

Alexis Bachelay incarne la complaisance claire et nette avec ceux qui sont pour moi les plus grands dangers vis-à-vis de la laïcitéCaroline Fourest

Selon elle, Alexis Bachelay "représente ce qui se fait de plus détestable aujourd’hui dans la vie politique en terme de complaisance envers l’intégrisme et de clientélisme peut-être même (sic)". La militante contre les intégrismes religieux accuse notamment ses relations et engagements avec certaines associations. "C’est le vice-président du groupe France-Qatar, c’est quelqu’un qui va au dîner annuel du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), […] qui est l’une des organisations qui fait le plus pour monter les Français les uns contre les autres, en expliquant que ceux qui défendent la laïcité sont des islamophobes, que les lois contre le terrorisme sont faites pour opprimer les musulmans". 


"Qu’il y ait des trajectoires comme celle-là au Parti socialiste, je trouve ça inacceptable", se désole-t-elle, dénonçant l’impact des prises de position du CCIF sur la radicalisation ainsi que la haine et la défiance qu’elles suscitent.  "Un an après le massacre de Charlie (Hebdo), la chose la plus intelligente qu’a trouvé à faire Alexis Bachelay c’est d’inviter le CCIF pour faire un meeting commun contre l’état d’urgence (à Gennevilliers, le 12 janvier)", a-t-elle frontalement attaqué. Celui-ci s'était d'ailleurs défendu sur les réseaux sociaux face aux nombreux internautes lui reprochant l'organisation de ce débat.

L’essayiste, qui considère que "Manuel Valls est l’un des plus crédibles sur ces questions (de laïcité et de communautarisme), droite et gauche confondues", s’en est pris au manque de réaction de Benoit Hamon. "Il a été mis devant des faits très précis comme la complaisance de son porte-parole et n’a pas répondu à la question. Il a fui le débat sur la laïcité", conclut-elle. "Benoit Hamon incarne le manque de courage sur ces questions et Alexis Bachelay incarne la complaisance claire et nette avec ce qui aujourd’hui pour moi sont les plus grands dangers vis-à-vis de la laïcité".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Lire et commenter