Laïcité et étoile jaune imposée aux juifs : le parallèle de Vincent Peillon fait bondir

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

INEXACT - Vincent peillon empêtré dans ses déclarations sur la laïcité. Mardi 3 janvier, dans "L'Entretien politique" sur France 2, le candidat à la primaire de la gauche s'est fendu d'une comparaison plutôt hasardeuse avec l'étoile jaune imposée aux Juifs.

Invité mardi 3 janvier dans "L'Entretien politique" sur France 2, Vincent Peillon a dressé un parallèle plutôt osé entre le sort réservé aux musulmans français et celui des Juifs sous le régime de Vichy : "Certains veulent utiliser la laïcité - ça a déjà été fait dans le passé - contre certaines catégories de population. C'était il y a 40 ans (sic) les Juifs, à qui on mettait des étoiles jaunes, c'est aujourd'hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans, qu'on amalgame souvent avec les islamistes radicaux : c'est intolérable."


Comme l'explique Le Huffington Post, outre le fait que la période à laquelle il fait référence remonte à 75 ans (et non 40), rien n'est plus faux que d'affirmer que c'est un détournement de la laïcité qui était responsable du sort des juifs sous Vichy. Et pour cause : le régime du maréchal Pétain n'agissait pas au nom de la laïcité (dont les principes étaient passablement piétinés) mais selon la logique maurrassienne de l'antisémitisme d'Etat inspiré par les Nazis.

Je n'ai évidemment pas voulu dire que c'était la laïcité qui était à l'origine de l'antisémitisme de la France de VichyVincent Peillon

Ce mercredi, le candidat a tenu "à préciser sa pensée et sa conviction qu'une contraction de phrases a pu déformer", via son compte Twitter. "Je n'ai évidemment pas voulu dire que c'était la laïcité qui était à l'origine de l'antisémitisme de la France de Vichy", écrit-il. "Le régime de Vichy ne se réclamait pas de la laïcité, bien au contraire. Et ce qu'ont vécu les Juifs sous Vichy ne saurait être banalisé d'aucune façon", poursuit-il, ajoutant: "Tout cela, je le sais charnellement et intellectuellement mieux que quiconque, par mon histoire personnelle, par mes travaux, par mes combats politiques énergiques pour la laïcité, et contre le racisme et l'antisémitisme" (Vincent Peillon est issu d'une famille juive alsacienne par sa mère).

Indignation du Conseil représentatif des institutions juives de France

Avant cette mise au point, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avait vivement dénoncé dans un communiqué la phrase du candidat : "L'histoire de la déportation de plus de 75.000 Juifs, de la spoliation des biens juifs ou des lois discriminatoires comme le port de l'étoile jaune ne saurait être dévoyée et instrumentalisée au nom d'un soi-disant équilibre des souffrances".


Plusieurs intellectuels se sont également indignés sur Twitter, dont l'essayiste Caroline Fourest, très mobilisée sur les questions de laïcité, l'historien et économiste Claude Posternak, ou encore Mohamed Sifaoui, journaliste et écrivain, spécialiste de l'islam politique et du monde arabe.

Même réaction du côté des politiques, à l'image du sénateur LR Roger Karoutchi qui a qualifié la comparaison formulée par Vincent Peillon de "grave". Indignation du même acabit pour Eric Anceau, historien à la Sorbonne et à Sciences Po, proche de Nicolas Dupont-Aignan, qui ajoute que Vincent Peillon "falsifie l'histoire".

Et aussi

Lire et commenter