Les sept phrases de Manuel Valls qui ont mis la gauche hors d'elle

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

PRIMAIRE - Candidat à la primaire de gauche, Manuel Valls est l'invité de L'Emission politique, sur France 2, ce jeudi, avec une dialectique très portée à gauche. Le tout bien éloigné des polémiques alimentée par le Premier ministre dans son camp par des sorties médiatiques remarquées.

Tu me mets quelques Blancs quelques 'white', quelques 'blancos'- 7 juin 2009

Alors député-maire d'Evry, Manuel Valls se positionne déjà sur une ligne qui fait tousser à gauche, en affirmant vouloir en finir avec les communautarismes. En visite lors d'une brocante dans sa ville, en juin 2009, à forte population immigrée, il demande à un conseiller de mettre en avant pour les caméras des personnes blanches de peau "Arrêtons la langue de bois, arrêtons le politiquement correct, assumons la réalité", avait-il répondu aux protestations dans son camp.

Oui nous devrons déverrouiller les 35 heures [...]. Cela doit permettre aux Français, pour ceux qui ont la chance d'occuper un emploi, de travailler davantage, deux heures, trois heures, sans avoir recours forcément aux heures supplémentaires- Le 2 janvier 2011

Assez peu connu des Français, Manuel Valls cherche son espace, lors de la campagne pour la primaire du Parti socialiste. Rocardien et partisan de la seconde gauche, ouverte au marché, il mise à fond sur la branche sociale-libérale du PS. Avec un succès modéré. Il n'obtiendra pas 6% à la primaire.

Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie, et pour cela il faut que l'Union européenne, avec les autorités bulgares et roumaines, puissent faire en sorte que ces populations soient d'abord insérées dans leur pays- 24 septembre 2013

Sur France Inter, le ministre de l'Intérieur fait trembler la gauche, en train de se mordre la queue dans l'affaire Leonarda, où le gouvernement a multiplié les hésitations. Mais ces propos déclenche de vives réactions : "Ces propos sont d'une extrême gravité. Ils insinuent que des modes et lieux de vie seraient déterminés par une origine ethnique", a réagi le mouvement antiraciste européen Egam, qui a accusé le minitre de "se vautrer dans le larmier du populisme".

Et moi, j'aime l'entreprise, j'aime l'entreprise!- Le 27 août 2014

Nommé Premier ministre depuis quatre mois, Manuel Valls clame son amour de l'entreprise lors d'un discours à la tribune de l'université d'été du Medef, 18 mois après le vote du CICE, ce crédit d'impôt offrant aux entreprises plusieurs milliards de crédits d'impôts et de baisses de charge sans contrepartie ou promesse d'emplois. Son intervention s'était terminée par une ovation du patronat. Une image qui n'avait pas du tout plu dans les rangs de la frange la plus à gauche du PS, d'autant qu'Arnaud Montebourg et Benoît Hamon venaient de se faire évincer du gouvernement deux jours auparavant. 

Pour ces ennemis qui s'en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c'est déjà vouloir un peu excuser- Le 9/11/2016

Manuel Valls reprend des termes martelés par la droite et l'extrême droite en expliquant lors d'un hommage aux victimes de l'attentat djihadiste et antisémite de l'Hyper Cacher qu'il fallait arrêter de trouver des excuses aux terroristes. Les sociologues et les associations oeuvrant pour la déradicalisation n'avaient pas apprécié.

A gauche, il faut qu'on se dépasse. Le problème n'est pas d'organiser une primaire qui irait de Mélenchon à Macron. Parfois, il y a des positions irréconciliables à gauche et il faut l'assumer- 15/02/2016

18 mois plus tôt, il s'en prenait à "la gauche passéiste, celle qui s'attache à un passé révolu et nostalgique, hantée par le surmoi marxiste et par le souvenir des Trente Glorieuses". Sept ans plus tôt, il trouvait que le Parti socialiste ne portait plus bien son nom. Une continuité que le Premier ministre continue d'assumer, alors que les premières sorties sur le projet de loi Travail de Myriam El Khomri fait hurler les opposants de gauche au gouvernement et les syndicats.

Lire aussi

    Sur la place des femmes nous ne pouvons transiger. Marianne, le symbole de la République, elle a le sein nu parce qu'elle nourrit le peuple, elle n'est pas voilée parce qu'elle est libre! C'est ça la République! C'est ça Marianne!- Le 29/08/2016

    En pleine polémique sur le "burkini", Manuel Valls s'engage une nouvelle fois contre la dissimulation du corps de la femme chez certains musulmans. Le parallèle est fait avec Marianne, symbole de la France et de la femme, en sous-entendant qu'une femme voilée n'est, de fait, pas libre. Des propos similaires à ceux tenus en avril 2016, où il évoquait "l'asservissement de la femme" en parlant du voile. Et une erreur. Si Marianne apparaissait nue, c'est surtout une histoire de courant artistique propre au XIXe siècle, à l'époque ou vivait l'auteur de la toile "La Liberté guidant le peuple", auquel le Premier ministre fait référence. De nombreuses associations féministes s'étaient par ailleurs indignées du fait que Manuel Valls ne voyait les femmes que comme des mères limitées à nourrir les enfants.

    Lire aussi

      Lire aussi

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter