Manuel Valls "giflé" : l'ex-Premier ministre va porter plainte

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
GIFLEGATE - Un jeune a tenté de donner une gifle à Manuel Valls avant d'être vigoureusement plaqué au sol lors d'un déplacement du candidat à Lamballe (Côtes d'Armor) mardi. "Je suis courageux", a réagi l'ex-Premier ministre, qui va porter plainte.

La scène n'a duré que quelques secondes. Mardi après-midi en Bretagne, lors d'une visite sur le thème de l'économie circulaire à Lamballe (Côtes d'Armor), un jeune homme a tenté de gifler Manuel Valls alors que ce dernier saluait les habitants. L'individu a été énergiquement plaqué au sol par un responsable de la sécurité de l'ancien Premier ministre. 

Quelques instants après l'incident, Manuel Valls a réagi devant les caméras, saisissant l'occasion pour afficher son autorité. "Vous trouverez toujours des individus qui veulent empêcher la démocratie de s'exprimer, qui veulent considérer que c'est la violence qui doit s'exprimer", a lancé l'ex-Premier ministre. 

Quand on est candidat à la présidence de la République, on va à la rencontre des Français. Je vais vers eux, tel que je suis, avec ma liberté de tonManuel Valls

"On ne peut pas accepter la violence"

Et le candidat à la primaire d'ajouter, dans son style bien à lui : "Vous voyez bien qu'on a besoin de règles ! On ne peut pas accepter la violence". 


Un peu plus tard, Manuel Valls est revenu sur l'incident, pour parler de son propre "courage" : 

Je n'ai jamais eu peur du contact avec les Français [...] Je suis courageux... Pas physiquement, mais parce que je veux dire la vérité aux FrançaisManuel Valls

Puis il a ajouté un tweet sur la même tonalité : 

Lors d'un déplacement à Strasbourg, en décembre dernier, Manuel Valls avait déjà eu quelques difficultés avec un contestataire, qui avait enfariné le candidat en hurlant "49.3". 


L'incident de mardi a suscité une pluie de réactions politiques, de Vincent Peillon à Cécile Duflot en passant par le député proche du FN Gilbert Collard.

Dans la soirée, l'entourage de l'ancien Premier ministre a annoncé à LCI que ce dernier porterait plainte contre le jeune homme. "Le sujet n'est pas lui (Valls), a confié Didier Guillaume à LCI. c'est le symbole qu'il représente. Il y a quelque chose qui n'est pas acceptable. La violence ne peut pas être un 'incident de campagne'", a jugé le directeur de campagne. "Ça n'est pas justifiable. Il portera plainte car là, il y a une intention d'exercer une violence physique. Si vous laissez passer un acte de violence il y a une forme d'acceptation. Ne pas porter plainte, c'est donner le sentiment que c'est possible. "

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La candidature de Manuel Valls

Lire et commenter