PHOTOS - Primaire de la gauche : qui sont les candidats déjà déclarés ?

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

Elections présidentielles

POLITIQUE - Le Parti socialiste a dévoilé dimanche 2 octobre les modalités de la primaire de la gauche, qu'il organisera les 22 et 29 janvier prochains. A ce jour, en attendant que François Hollande officialise ses intentions, six candidats ont déclaré qu'ils y participeraient.

1/7ARNAUD MONTEBOURG - L'ancien ministre socialiste a annoncé dimanche 2 octobre sur TF1 sa décision de participer à la primaire initiée par le PS. Il avait jusqu'ici laissé planer le doute sur ses intentions, se contentant de se dire qu'il était candidat à la présidentielle. Ancien allié de François Hollande, il est devenu depuis deux ans l'un de ses principaux détracteurs.

AFP

2/7BENOÎT HAMON - Figure de l'aile gauche du PS, l'ancien ministre de l'Education nationale et actuel député a officialisé sa candidature le 16 août dernier. En concourant, il souhaite mettre au cœur du débat les questions sociales

AFP

3/7FRANCOIS DE RUGY - Le député écologiste, président du parti Ecologistes ! et transfuge d'EELV, a officialisé sa candidature le 12 juillet dans une interview accordée à Ouest France. "J’ai pris la décision d’être le candidat écologiste et réformateur à cette primaire de rassemblement", a-t-il justifié.

AFP

4/7JEAN-LUC BENNAHMIAS - Cet autre écologiste "réformiste", membre de l'UDE (Union des démocrates et des écologistes), avait déjà fait part le 21 juin de son intention de concourir à une primaire à gauche. Il souhaite notamment promouvoir le revenu minimum universel et la Sécurité sociale professionnelle.

SIPA

5/7MARIE-NOËLLE LIENEMANN - Première opposante à la ligne "sociale-libérale" du gouvernement, la sénatrice PS de Paris, représentante de l'aile gauche du parti, est la première à s'être officiellement portée candidate avant même que l'organisation d'une primaire ne soit entérinée par Solférino début juin. Elle a lancé sa campagne début octobre, en la centrant sur les questions socio-économiques.

SIPA

6/7GÉRARD FILOCHE - L'inspecteur du Travail à la retraite, membre du Bureau national du PS et contempteur de la politique gouvernementale devant l'éternel, a annoncé son intention de se présenter le 17 juin. Partisan d'un scrutin élargit à toute la gauche, il ne donne pas cher des chances de François Hollande de l'emporter si le chef de l'Etat décide de briguer un nouveau mandat. Il avait déclaré au moment de sa candidature que "même une chèvre l'emporterait face à Hollande à la primaire PS".

AFP

7/7FRANÇOIS HOLLANDE - Alors que le président apparaît de plus en plus en campagne présidentielle, il ne s'est pas encore officiellement déclaré candidat. Il devrait faire part de sa décision aux Français au début du mois de décembre. Mais un sondage publié le 3 octobre le donne perdant face à Arnaud Montebourg au second tour, et les chiffres du chômage, dont il avait fait une condition essentielle à une nouvelle candidature, ne sont toujours pas bons. Si François Hollande décidait de ne pas se présenter à l'élection présidentielle, et donc à la primaire, son Premier ministre Manuel Valls pourrait y aller à sa place.

Sipa

Et aussi