Pollution : Vincent Peillon, soutenu par Anne Hidalgo... mais hostile à l'interdiction du diesel

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
POLLUTION - En déplacement à Paris sur le thème de la pollution, vendredi, Vincent Peillon s'est dit hostile à une mesure d'interdiction à terme du diesel en France. Son principal soutien, Anne Hidalgo, prône pourtant cette option à Paris. Cela n'empêche pas le candidat à la primaire de gauche de saluer le "courage" de la maire de Paris.

Vincent Peillon, en rodage vendredi matin sur le thème de la pollution (en attendant des propositions concrètes sur la question), s'est notamment exprimé sur le sort des véhicules diesel, accusés de produire les particules fines responsables de l'épisode actuel, qui a conduit les autorités à décider d'une nouvelle journée de circulation alternée.


Alors que son principal soutien dans la primaire, Anne Hidalgo, souhaite interdire l'ensemble des véhicules diesel de la capitale et de la métropole à l'horizon 2020, l'ex-ministre a fait entendre un son de cloche un peu différent, même s'il s'exprimait au-delà du seul périmètre de la capitale.  

"On a déjà fait des efforts considérables"

Interrogé sur l'interdiction totale du diesel, défendue notamment par son concurrent Benoît Hamon, le député européen, qui prône pourtant des mesures d'urgence pour endiguer la pollution, l'a affirmé sans détour : 

Non, il ne faut pas procéder par interdit. On a déjà fait des efforts considérables par la négociation avec les grands producteurs français de diesel et par la taxation du dieselVincent Peillon

Vincent Peillon préfère défendre "une réforme fiscale globale" qui tienne compte d'une fiscalité écologique. Car, selon lui, il doit y avoir "une préoccupation collective" sur la situation des personnes modestes qui ont besoin de leurs voitures, parfois vieilles, pour se rendre au travail". Ajoutant : "il faut faire attention à ce que la fiscalité écologique ne touche pas d'abord les plus modestes". 


Depuis septembre 2016, Anne Hidalgo a également mis en place l'interdiction, dans la capitale, de la circulation en semaine des véhicules les plus anciens.  La maire de Paris aura probablement l'occasion de défendre ces mesures auprès de son candidat durant la courte campagne de la primaire... D'autant que Vincent Peillon n'a pas tari d'éloges, vendredi, sur le "courage" de celle qui vient de faire interdire la circulation automobile sur les berges de la rive droite de la Seine. 

En vidéo

Vendeur de poissons, rebelle et européen tardif : le portrait de Vincent Peillon

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter