Arnaud Montebourg : Marine Le Pen, c'est "le parti de l'étranger"

DirectLCI
SOUS INFLUENCE - En meeting à Paris, ce mercredi soir, Arnaud Montebourg s'en est pris à la candidate du FN, faisant référence à sa quête de financements étrangers pour sa campagne. Marine Le Pen "a deux parrains", explique le candidat à la primaire : "Trump et Poutine".

Un parfum de guerre froide a soufflé mercredi soir au gymnase Jaurès, à Paris. En meeting, Arnaud Montebourg s'en est pris à la candidature du Front national, Marine Le Pen, lancée dans une quête tous azimuts pour parvenir à financer sa campagne, en employant la vieille expression de "parti de l'étranger". 


Alors que la patronne du parti d'extrême droite a récemment fait le déplacement à New York avec, notamment, l'objectif de trouver des fonds, l'ex-ministre socialiste de l'Economie a fustigé la proximité affichée par la candidate avec les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump. 

"Pour Marine Le Pen, il ne s'agit pas d'une admiration gratuite", a lancé Arnaud Montebourg, faisant référence à un prêt de "neuf millions d'euros" contracté fin 2014 à une banque russe "proche du pouvoir", et au déplacement plus récent de Marine Le Pen "dans l'antichambre de la Trump Tower". Conclusion : 

Marine Le Pen se présente comme le parti du peuple, elle est par ses sources de financement et ses emprunts le parti de l'étranger Arnaud Montebourg

Pour le candidat à la primaire, Marine Le Pen, en quête de ses 500 parrainages pour se présenter à la présidentielle, "a déjà deux parrains : Trump et Poutine". 


La présidente du FN avait indiqué ces derniers jours qu'elle devait aller chercher des financements à l'étranger parce qu'aucune banque française n'acceptait de lui en prêter. "Si Madame Le Pen n'a pas d'argent des Français, c'est peut-être parce qu'elle ne les représente pas", a tancé l'ex-ministre, prônant "une loi pour interdire les financements étrangers des campagnes électorales". 

Plus d'articles

Lire et commenter