Arnaud Montebourg : Marine Le Pen, c'est "le parti de l'étranger"

Arnaud Montebourg : Marine Le Pen, c'est "le parti de l'étranger"

SOUS INFLUENCE - En meeting à Paris, ce mercredi soir, Arnaud Montebourg s'en est pris à la candidate du FN, faisant référence à sa quête de financements étrangers pour sa campagne. Marine Le Pen "a deux parrains", explique le candidat à la primaire : "Trump et Poutine".

Un parfum de guerre froide a soufflé mercredi soir au gymnase Jaurès, à Paris. En meeting, Arnaud Montebourg s'en est pris à la candidature du Front national, Marine Le Pen, lancée dans une quête tous azimuts pour parvenir à financer sa campagne, en employant la vieille expression de "parti de l'étranger". 

Alors que la patronne du parti d'extrême droite a récemment fait le déplacement à New York avec, notamment, l'objectif de trouver des fonds, l'ex-ministre socialiste de l'Economie a fustigé la proximité affichée par la candidate avec les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump. 

Trump et Poutine, "parrains" de Marine Le Pen

"Pour Marine Le Pen, il ne s'agit pas d'une admiration gratuite", a lancé Arnaud Montebourg, faisant référence à un prêt de "neuf millions d'euros" contracté fin 2014 à une banque russe "proche du pouvoir", et au déplacement plus récent de Marine Le Pen "dans l'antichambre de la Trump Tower". Conclusion : 

Marine Le Pen se présente comme le parti du peuple, elle est par ses sources de financement et ses emprunts le parti de l'étranger - Arnaud Montebourg

Pour le candidat à la primaire, Marine Le Pen, en quête de ses 500 parrainages pour se présenter à la présidentielle, "a déjà deux parrains : Trump et Poutine". 

La présidente du FN avait indiqué ces derniers jours qu'elle devait aller chercher des financements à l'étranger parce qu'aucune banque française n'acceptait de lui en prêter. "Si Madame Le Pen n'a pas d'argent des Français, c'est peut-être parce qu'elle ne les représente pas", a tancé l'ex-ministre, prônant "une loi pour interdire les financements étrangers des campagnes électorales". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter