Primaire à gauche : Arnaud Montebourg est certain qu'il va "taper" Hollande

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

CONFIANCE - Arnaud Montebourg se voit comme le grand rassembleur de la gauche anti-austérité pour l'élection présidentielle de 2017.

Une formalité. Arnaud Montebourg n’envisage pas autre chose qu’une victoire sur ses adversaires à la primaire de gauche, selon les informations du Journal du Dimanche. François Hollande ? "Je vais le taper, ce sera du 60-40". Manuel Valls ? "Il sera encore plus facile à battre", plastronne le héraut du "made in France". Que lui vaut cette assurance ? Peut-être une lettre de trois pages envoyée entre les deux tours de la primaire 2011, révèle le JDD, dans laquelle François Hollande s'engageait sur des positions défendues par Montebourg. Celui-ci a promis de la rendre publique quand le président déclarera sa candidature (s'il le fait)/.

Lire aussi

La confiance de l'ancien ministre du Redressement productif semble très élevée, alors qu’il multiplie les prises de parole publiques pour présenter son 'projet France', et il n’hésite plus à se projeter sur les possibles coalitions. "J’irai voir Mélenchon pour le convaincre de me rejoindre : je veux faire l’union de toute la gauche ! Comme Mitterand en 1981", cite le JDD.

Les communistes divisés

Pour l'union de la gauche, la candidature de Montebourg devra en passer par le Parti communiste. Et justement, au sein du plus vieux parti de France, l'idée divise. Alors que le parlement élargi du PCF a rejeté ce samedi l’idée de soutenir Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle 2017, les communistes pourraient se rallier au candidat socialiste pour l’incarnation d’une gauche anti-austérité. Mais nombre d'entre eux se méfient : après tout, n'a-t-il pas été ministre de François Hollande, incarnation des incarnations de la "trahison" de la gauche ?

Lire aussi

Mais cette idée ne fait pas l’unanimité confirme le JDD, qui cite Maire-Pierre Vieu, chargée des relations avec les autres forces de gauche : "Montebourg c’est un républicano-opportuno-socialiste. S’il gagne, il aura Hollande et Valls dans ses bagages", ce qui ne semble pas incarner le mouvement anti-libéral et le projet communiste. Pour l’heure, pas de quoi entamer la confiance d’Arnaud Montebourg.

En vidéo

2017 : les cadres du PCF refusent de se rallier à Jean-Luc Mélenchon

Et aussi

Lire et commenter