Primaire : Gérard Filoche regrette un débat "désincarné" où il aurait "mis les pieds dans le plat"

Primaire : Gérard Filoche regrette un débat "désincarné" où il aurait "mis les pieds dans le plat"
PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
DirectLCI
INTERVIEW - Ecarté de la primaire de la gauche faute de parrainages, Gérard Filoche a suivi attentivement le débat entre les sept candidats jeudi soir. Une confrontation de "notables", juge-t-il auprès de LCI, tout en donnant un avantage aux idées d'Arnaud Montebourg.

Gérard Filoche, le poil à gratter du PS, pourfendeur de la loi Travail et militant des 32 heures hebdomadaires, regrette plus que jamais d'avoir été écarté de la primaire de la gauche. Jeudi soir, l'ex-inspecteur du Travail était l'invité d'Arrêt sur Images pour commenter en direct un débat auquel il aurait ardemment souhaité prendre part. Interrogé par LCI, le militant PS regrette, au lendemain de l'émission, un débat "désincarné" où, assure-t-il, il aurait mis un peu de piment. 

LCI : Vous avez regardé le débat de la primaire jeudi soir. Regrettez-vous toujours de ne pas en avoir fait partie ?

Gérard Filoche : Je regrette bien sûr ! J'étais le seul à proposer le Smic à 1.800 euros, la retraite à 60 ans, les 32 heures hebdomadaires sans perte de salaire et l'interdiction des salaires supérieurs à 20 fois le Smic... Les propositions des candidats manquaient de chiffres. Il faut pourtant des choses concrètes pour remporter une élection, comme Lionel Jospin l'avait fait à l'époque avec les 35 heures.

LCI : Certains téléspectateurs ont regretté votre absence, estimant qu'elle aurait été plus justifiée que celle de Jean-Luc Bennahmias... Auriez-vous réveillé le débat ?

Gérard Filoche : J'en suis sûr ! J'exprime les préoccupations de ceux qui bossent. J'aurais mis les pieds dans le plat, au lieu de ce débat de notables désincarné sur le salariat. Les candidats ont essayé de se mettre dans la peau d'un président de la Ve République, en rang d'oignon, avec des paroles convenues et un ton policé. Jean-Luc Bennahmias, je n'ai même pas compris ce qu'il racontait.

Je suis totalement opposé au projet de revenu minimum d'existence de Benoit Hamon"G. Filoche

Journaliste : Après ce débat, savez-vous quel candidat vous soutiendrez ?

Gérard Filoche : On commence à y voir un peu plus clair. Nous allons prendre une décision demain à l'occasion d'une conférence téléphonique avec mes soutiens. Arnaud Montebourg a le projet le plus concret, avec ses propositions sur la feuille de paye. Je suis totalement opposé au projet de revenu minimum d'existence de Benoît Hamon, je ne sais pas d'où ça sort, de donner 700 euros à tout le monde pour solde de tout compte. Ce n'est pas cela la protection sociale.

En vidéo

Filoche et Verdier déboutés : "Ils savaient parfaitement qu'ils n'avaient pas recueilli les parrainages nécessaires", réplique Christophe Borgel

Lire et commenter