Accusé de devoir 80.000 euros au PS, Arnaud Montebourg conteste de "fausses dénonciations"

ARDOISE - Après Vincent Peillon, des accusations visent Arnaud Montebourg pour des retards de cotisations approchant les 80 000 euros. Des attaques vivement démenties par l’intéressé et ses proches.

Arnaud Montebourg lui aussi mauvais payeur ? Alors que Vincent Peillon s’est fait attraper pour ses retards de cotisations au Parti socialiste et a dû se dépêcher de régler quelque 20 000 euros d’impayés pour concourir à la primaire de gauche, l’ancien ministre du Redressement productif est lui accusé par plusieurs médias d’avoir près de 50 000 euros d’ardoise.


Selon le Huffington Post, si Arnaud Montebourg a bien réglé ses 200 euros de militant dûs à sa fédération de Saône-et-Loire pour l’année 2015, il n’aurait en revanche réglé que 45 euros par an au groupe PS de l’Assemblée nationale entre 2007 et 2012. Dans les faits, un parlementaire (ce qu’il était de 1997 à 2012) doit verser environ 6 000 euros par an (500 euros par mois). Des arriérés de cotisations atteindraient 30 000 euros.

Lire aussi

L’Opinion va même plus loin en indiquant que l’ex-ministre a laissé une note de 49.322,40 euros à son groupe du fait de son cumul de fonction. De 2008 à 2012, Arnaud Montebourg était effectivement président du Conseil général de Saône-et-Loire en plus de son poste de député, ce qui le situait dans la fourchette haute des cotisations, pouvant aller jusqu’à 800 euros. Une somme importante que nos confrères se sont fait confirmer par le trésorier du groupe socialiste, Christian Bataille. "Je peux seulement tempêter, mais pas lui envoyer d’huissier", explique le député du Nord.

Je regrette la malveillance de telles fausses dénonciationsArnaud Montebourg

L’entourage d’Arnaud Montebourg est rapidement monté au créneau pour contrer ces accusations. "Il est à jour de ces cotisations de militant et il est également à jour de ses cotisations d’élu", affirme un proche au Lab d’Europe 1. "(Il) a versé mensuellement sa cotisation d’élu directement auprès de la fédération de Saône-et-Loire, qui reverse ces sommes au parti".


Arnaud Montebourg a lui aussi tenu à couper court aux accusations en postant un communiqué sur les réseaux sociaux. Il rappelle avoir pu présenter sa candidature à la primaire 2011 "sans la moindre réclamation ni contestation sur ces prétendues dettes de cotisation", alors que celles-ci concerneraient la période 2007-2012. Pour ses proches, "s’il a pu être candidat (en 2011), c’est que la Haute autorité de la primaire avait validé sa candidature, ce qui veut dire qu’il était à jour des cotisations". N’étant plus député depuis 2012, Arnaud Montebourg n’a pas eu à cotiser depuis en tant qu’élu.


"Je regrette la malveillance de telles fausses dénonciations", a partagé le candidat. "Celles-ci risquent de faire diversion". 

Si ces accusations s’avéraient malgré tout réelles, la Haute autorité de la primaire précise bien que seules les cotisations au parti sont nécessaires pour valider une candidature. Celles concernant le groupe parlementaire PS, ce qui est ici le cas, ne font pas partie des conditions de recevabilité. 

Lire aussi

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter