Primaire à gauche : un fardeau financier pour le PS

Primaire à gauche : un fardeau financier pour le PS

CAISSES VIDES - Participer à la primaire de la gauche a coûté moins cher aux électeurs. Le problème c’est que le parti socialiste s’attendait à un nombre d’électeurs plus élevé. L’organisation de la primaire pourrait prendre des airs de fardeau financier.

Les derniers chiffres communiqués lundi soir donnaient 1.650.000 votants à la primaire de la gauche. Or les organisateurs en attendaient près de deux millions et les électeurs devant débourser 1 euro pour participer, c’est d’autant moins d’argent dans les caisses. 

Ce détail n’est pas sans importance, car la facture de la primaire est estimée entre 3,5 et 4 millions d’euros pour les deux tours. Mardi matin, il manquait donc environ deux millions d’euros. Pour que le parti socialiste rentre dans ses frais, il faudrait un surcroît de participation au second tour. 

Toute l'info sur

2017 : la bataille de la gauche

En vidéo

Primaire à gauche : pourquoi les chiffres de la participation créent le doute

Une autre alternative pour financer la campagne

La gauche avait beaucoup misé sur ce tarif deux fois moins élevé que celui de la primaire de la droite et du centre. Mais cette dernière a bénéficié d’un taux de participation beaucoup plus important. François Fillon part donc en campagne avec une sorte de cagnotte d’environ dix millions d’euros. 

Le parti socialiste ne sera pas pour autant démuni dans la course à la présidentielle. Les subventions publiques qui lui sont versées chaque année permettront au candidat élu de se défendre, d’autant plus que les frais de campagne lui seront remboursés s’il obtient plus de 5% des voix à la présidentielle. Un score qui devrait être facilement atteint pour le parti socialiste. 

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.