Primaire de la gauche : à un mois du premier tour, seuls 3 candidats sur 7 ont présenté un programme complet !

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

CAMPAGNE - Le premier tour de la primaire de la gauche aura lieu le dimanche 22 janvier prochain. Il ne reste donc plus qu'un mois aux candidats pour faire campagne et présenter leurs propositions. Mais seuls trois candidats ont vraiment publié un projet complet. Manuel Valls et Vincent Peillon présenteront le leur au début du mois de janvier seulement.

Ce jeudi 22 décembre, nous sommes à un mois pile du premier tour de la primaire de la gauche. Et tous les candidats n'ont pas encore dévoilé leur programme. Le temps presse, donc, et les fêtes de fin d'année ne vont pas arranger les affaires des participants, forcés de ralentir leurs déplacements et leur présence dans les médias. Mais pour certains, le temps presse plus que d'autres. En effet, selon nos calculs, seuls trois candidats ont présenté un "vrai" projet détaillé sur leur site internet : Benoît Hamon, Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy.   

Les trois bons élèves

Le candidat écologiste François de Rugy a publié sur son site un programme comportant 66 mesures, titré "Un projet pour une France de tous les progrès". Il y a parle d'écologie, bien sûr, de sécurité, de santé ou encore d'Europe. Il propose par exemple de régionaliser les politiques de formation professionnelle ainsi que Pôle emploi ; de prélever l'impôt à la source ; de cibler les baisses d'impôt sur les classes moyennes et les célibataires ; de mettre en œuvre une TVA européenne ; de construire une alliance militaire européenne ; de mettre en place un service civique obligatoire de trois mois ; et d'ouvrir la PMA à toutes les femmes.

Benoît Hamon, ancien ministre de l'Education nationale, a lui aussi publié toutes ses propositions "pour faire battre le cœur de la France" sur son site internet. En matière de travail, il préconise le retour aux 35 heures, l'instauration d'un revenu universel d'existence et d'une taxe sur la richesse créée par les robots pour financer la Sécurité sociale. Benoît Hamon veut également sortir du diesel à l'horizon 2025, abroger la loi Travail ou reconnaître le burnout comme maladie professionnelle.

Lire aussi

Jean-Luc Bennahmias a également détaillé ses propositions sur un site dédié. Il se prononce pour le revenu universel, l'instauration de la sécurité sociale professionnelle, le service civique mixte et obligatoire, la revalorisation du revenu des enseignants, la reconnaissance des différentes médecines et la légalisation contrôlée du cannabis. Très discret jusqu'ici dans les médias, il indique sur son site internet qu'il sera invité de plusieurs matinales radio et télé la semaine prochaine, l'occasion pour lui de mieux expliquer ses propositions. 

Le cas Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg est un cas à part, dans le sens où il a déjà fait part de beaucoup de ses propositions, mais que celles-ci ne sont pas clairement disponibles sur son site internet. On sait que s'il était élu en 2017, l'ancien ministre de l'Economie proposera aux Français d'en finir avec la Ve République pour instaurer la VIe. Pour relancer l'économie du pays, il prône un plan de relance de 30 milliards d'euros sur trois ans et 10 milliards de baisses d'impôts pour les classes moyennes et populaires via la baisse de la CSG. Contrairement à Benoît Hamon, il s'est positionné contre l'instauration d'un revenu universel. Devant le manque de clarté des propositions du candidat sur le site internet, ses équipes réflechissent à le refonder pour les regrouper. Elles envisagent également de réunir les journalistes pour une conférence consacrée au chiffrage du projet, pas clair jusqu'ici.

Voir aussi

Sylvia Pinel défendra le programme du Parti radical de gauche

Sylvia Pinel, candidate du Parti radical de gauche (PRG), n'a toujours pas dévoilé de programme. L'ancienne ministre du Logement n'a même pas de site internet à son nom pour y mettre ses idées. Elle devrait de toute façon majoritairement défendre les positions de son parti. Interviewée sur France 2 ce jeudi matin, elle a parlé du droit de mourir dans la dignité, du recours à la PMA pour tous les couples, et de la légalisation du cannabis ; des idées présentes sur le site du PRG. 

Manuel Valls et Vincent Peillon à la traîne

L'ancien Premier ministre Manuel Valls n'a toujours pas présenté de programme, même si on sait ce qu'il pense sur certains sujets et qu'il a évoqué ses derniers jours son envie d'abroger le 49-3, de supprimer la Cour de justice de la République et de rétablir les heures supplémentaires défiscalisées. Le candidat pourrait présenter son projet le 4 janvier. Il a vu une centaine de parlementaires mardi 20 décembre à l’Assemblée nationale pour écouter les propositions des uns et des autres. Il devra avoir un programme à défendre avant sa participation à l’Emission politique de France 2 et le premier débat de la primaire le 12 janvier.

Voir aussi

Vincent Peillon dévoilera lui son programme le vendredi 6 janvier. Lancé sur le tard après le renoncement de François Hollande, l’ancien ministre de l’Education nationale court après la montre pour engranger soutiens et notoriété.

Lire aussi

En vidéo

Primaire à gauche : 7 candidats sur la ligne de départ

Et aussi

Lire et commenter