A 0,5% dans les sondages, Sylvia Pinel pourrait finalement rejoindre la primaire socialiste

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE
POLITIQUE - Après l’annonce des candidatures de Manuel Valls et Vincent Peillon, voilà que la radicale Sylvia Pinel pourrait rallier la primaire de la gauche... après avoir annoncé sa candidature hors primaire à la présidentielle.

Elle n’aura pas tenu longtemps. Selon France 3 Midi-Pyrénées, la candidate du Parti radical de gauche à la présidentielle, Sylvia Pinel, créditée de moins de 0,5% des intentions de vote, ne devrait pas se présenter directement à la présidentielle comme elle l’annonçait le 26 novembre. A l'en croire, le retrait de François Hollande a poussé son parti à revenir sur sa décision. Il pourrait donc décider finalement de se soumettre à la primaire organisée par le PS.


"Aujourd'hui, le parti se réinterroge, se questionne, parce que la condition pour nous qui faisait que nous ne souhaitions pas participer à ces primaires a aujourd'hui disparu", confiait l'ancienne ministre sur le plateau de LCP ce mercredi, rappelant que le PRG estimait "anormal" que le chef de l'Etat ait à se plier à cet exercice.

Lire aussi

Réponse définitive la semaine prochaine

Le comité national du parti, son parlement, qui réunit environ 500 personnes, doit se réunir le 14 décembre prochain et débattre sur ce possible changement d’avis, précise France 3 Midi-Pyrénées. Estimant qu'"on ne peut pas faire comme s'il ne s'était rien passé" à propos du renoncement du président de la République, l'ancienne ministre a appelé "d'autres, qui se sont lancés avant" que le président annonce sa décision, mais aussi "ceux qui ont partagé son bilan" à revoir leur choix. 


Elle s’est en particulier adressé à Emmanuel Macron, Yannick Jadot, mais aussi les deux anciens ministres et candidats à la primaire, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, en leur demandant de se poser "la question de savoir si le message digne et courageux du chef de l'Etat ne nous engage pas tous collectivement". Réponse définitive la semaine prochaine donc… 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Lire et commenter