Primaire de la gauche : Hamon et Lienemann rejettent l'hypothèse Valls

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

DU PAREIL AU MÊME - Ce dimanche, de nombreux politiques étaient invités à commenter l'éventuelle candidature de François Hollande à la présidentielle. Certains, comme Benoît Hamon et Marie-Noëlle Lienemann en ont profité pour critiquer Manuel Valls, qui se pose de plus en plus en alternative au chef de l’Etat pour la primaire de la gauche.

Si François Hollande n'était pas candidat à la primaire de la gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017, Manuel Valls serait prêt à prendre sa place. Le Premier ministre de s'en cache pas. Mais cette hypothèse ne séduit pas tout le monde. Ce dimanche, Benoît Hamon et Marie-Noëlle Lienemann ont émis des doutes sur la capacité de Manuel Valls à rassembler la gauche et à s'imposer en lieu et place du chef de l'Etat.

Lire aussi

    Interrogé sur la démarche de Manuel Valls pour rassembler la gauche avant la présidentielle, le député socialiste et candidat à la primaire de la gauche Benoît Hamon a répliqué sur BFMTV : il "est le plus mal placé pour opérer ce rassemblement". "Il fait le contraire de ce qu’il a dit et théorisé depuis quelques mois sinon quelques années. Depuis qu’il est devenu Premier ministre (…), il a théorisé les gauches irréconciliables."  "Sur le plan des valeurs il rompt avec sa famille politique, et maintenant parce qu’on se rapproche des élections, parce que sa stratégie a manifestement échoué, on reviendrait au rassemblement de la gauche ?" a critiqué l'ancien ministre frondeur.

    En vidéo

    Appel de Valls à Montebourg, Macron, Hamon: "qu'est-ce qui nous sépare ?"

    Benoît Hamon estime même légitime une candidature du chef de l'Etat. "Que Manuel Valls veuille le remplacer, ça n’échappe à personne. Si c’est lui, ça ne me gêne pas non plus, mais si vous me posez la question s’il (François Hollande) peut être candidat, la réponse est oui. C’est pas illégitime de vouloir s’expliquer devant les Français."  Selon lui, le président de la République "devrait" être candidat. "Quand on vit une épreuve, celle d’une impopularité très forte, je pense qu’il a envie de s’expliquer. Il faudra qu’il dise sa part de vérité devant les Français, dans un exercice à égalité avec les autres candidats" a-t-il affirmé.

    Hollande et Valls, "la ligne politique est la même"

    Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS et elle aussi candidate à la primaire de la gauche, considère que Hollande ou Valls, cela ne fait pas une grande différence. "La ligne politique est la même. C’est celle que je combats" a-t-elle expliqué sur France 3. "Ce que je constate dans les propos de Manuel Valls, c’est que, manifestement, on ne peut pas vivre avec un exécutif qui est en tension permanente. On a l’impression qu’il y a eu des règlements de compte et, en tout cas, il n’y a pas de symbiose (…). La réalité, c’est que la politique qui est menée depuis le début du quinquennat et qui s’est accélérée avec l’arrivée de Manuel Valls, est un échec."

    Et aussi

    Lire et commenter