Primaire de la gauche : ils avaient une minute pour parler de ce qu'ils voulaient, qu'ont-ils dit ?

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

CARTE BLANCHE - Au cours du débat, les candidats ont tous bénéficié d’une minute pour aborder le sujet qu’ils souhaitaient. Ils ont mis en avant leurs propositions pour un service civique obligatoire, le droit à choisir sa fin de vie, ou encore le handicap.

Une nouveauté a fait son apparition lors de ce troisième débat : la "carte blanche". Les candidats ont bénéficié d'une minute pour aborder le sujet qu'il souhaitait. Qu'ont-ils choisi de mettre en lumière ?

Jean-Luc Bennahmias

Pas de nouvelle proposition de la part de l'iconoclaste candidat écolo-centriste, qui a préféré poursuivre sur sa précédente idée : "L'Union européenne telle qu'on la connaît n'existera plus si on continue comme cela" a débuté le candidat, qui souhaite créer un socle commun entre plusieurs pays européens pour harmoniser le salaire minimum ou le volet fiscal. 

Voir aussi

Manuel Valls

Pas des plus novateurs, l'ancien Premier ministre a remis en avant sa proposition de service civique obligatoire de six mois pour les jeunes. "On peut s'engager dans les gendarmeries, les associations, faire montre de générosité" a-t-il précisé.

François de Rugy

Le candidat écologiste veut conquérir de "nouveaux droits, de nouvelles libertés, notamment celle de choisir sa fin de vie". Au cours du dernier quinquennat, selon lui, la promesse n'a pas été tenue. "Je souhaite que soit soumis un texte pour demander une aide active à mourir. Des lobbies s’y opposent mais si c’est le cas je le soumettrai au référendum. C’est le rôle de la gauche de conquérir de nouveaux droits."

Benoît Hamon

Benoît Hamon a mis en avant la même idée que François de Rugy. "Il faut permettre à toutes ces personnes en situation vulnérable de disposer d’un droit aux soins palliatifs. Je souhaite que soit étendu le droit à mourir dans la dignitié à ces personnes incurables."

Voir aussi

Vincent Peillon

L'ancien ministre de l'Education a développé deux idées dans sa carte blanche. Tout d'abord, il a dit souhaiter plus de solidarité entre les générations. Il propose pour cela un "service public des maisons de retraite" car "beaucoup de familles sont dans la difficulté pour assumer les personnes âgées de leur entourage". Ensuite, il souhaite modifier la transmission des patrimoines, pour que les donneurs puissent donner plus jeunes. Il souhaite aussi que les receveurs plutôt que les donneurs soient taxés en fonction de leurs revenus. "Je propose que ceux qui n'ont pas de patrimoine soient dotés en capital", a-t-il ajouté.

Voir aussi

Arnaud Montebourg

Le candidat du "Made in France" veut l'étendre dans les quartiers populaires. Il propose la mise en place de "clauses d'embauches" dans ces quartiers de façon à favoriser l'emploi dans ces zones. "Nous avons besoin de l’unité du pays, que l’économie réponde à chacune des aspirations du pays. Mon projet est que chacun puisse vivre du fruit de son propre travail."

Sylvia Pinel

La présidente du Parti radical de gauche a mis l'accent sur le handicap. Elle souhaite relancer un nouveau plan pour l'autisme "avec des moyens doublés pour les structures d'accueil, d'accompagnement". A propos de la dépendance, elle propose la construction de nouveaux établissements et estime qu'il faut penser à ceux qui accompagnent un proche en perte d'autonomie.

Voir aussi

En vidéo

François Kalfon : Montebourg "doit être offensif"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter