Primaire de la gauche : Marie-Noëlle Lienemann renonce à son tour

SANS MOI (BIS) - Après Marisol Touraine, c'est au tour de Marie-Noëlle Lienemann de renoncer à se présenter à la primaire de janvier. Dans une interview au "Monde", la sénatrice PS n'annonce aucun ralliement pour l'heure.

Elle jette l'éponge à son tour. Après la ministre de la Santé Marisol Touraine, c'est au tour de la sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann d'annoncer, vendredi, qu'elle ne sera pas candidate à la primaire de la gauche. Elle avait pourtant recueilli le nombre de parrainages suffisant pour se présenter. 


Dans un entretien au Monde, cette figure de l'aile gauche du PS explique avoir "lancé un appel à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon pour leur proposer une candidature unique capable de rassembler largement à gauche et de proposer au pays une voie nouvelle". Mais elle en arrive à cette conclusion : "Force est de constater qu'à ce jour, ils n'ont pas répondu à mon appel." 

Le rassemblement, "talisman de la victoire"

La sénatrice dit regretter cette situation car selon elle, "pour la gauche et pour le PS, l'unité et le rassemblement sont toujours le talisman de la victoire. Chaque fois que nous y dérogeons, l'échec et de difficiles périodes se profilent". 


L'ancienne ministre de François Mitterrand et de Lionel Jospin ne souhaite pas pour autant annoncer un ralliement à l'un ou l'autre de ces candidats. "Je veux garder ma liberté de parole pour faire passer mes messages", explique-t-elle au Monde. La sénatrice assure avoir pris sa décision sans tenir compte "des pressions" exercées sur elle dans le cadre des investitures pour les prochaines élections sénatoriales. 

En vidéo

Marie-Noëlle Lienemann : "J'ai toujours pensé que François Hollande ne se présenterait pas"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter