Mis en cause par Manuel Valls, le député PS Alexis Bachelay, soutien de Benoît Hamon, l'accuse de "mensonge"

RÉACTION A CHAUD - Mis en cause par Manuel Valls pour son soutien supposé au Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), opposé à l'état d'urgence, Alexis Bachelay, proche de Benoît Hamon, accuse l'ancien Premier ministre de mentir.

Ce fut l'une des séquences les plus tendues du débat de l'entre-deux tours. Au chapitre de la laïcité, Manuel Valls a mis en garde son adversaire, Benoît Hamon, contre les tentatives de rapprochement entre une partie de la gauche et certaines organisations controversées comme le Collectif contre l'Islamophobie en France (CCIF). Il a notamment visé les propos de son concurrent sur la journaliste Caroline Fourest, adversaire du CCIF, dont Benoît Hamon a jugé il y a peu la laïcité "douteuse".


Sans mettre en cause directement le député des Yvelines, Manuel Valls a en revanche visé l'un de ses porte-parole, le député PS des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay. Il l'a accusé d'avoir pris des positions similaires au CCIF. Selon Manuel Valls, le CCIF affirme "qu'une religion est pourchassée en France" dans le cadre de l'état d'urgence instauré après les attentats.  

Alexis Bachelay a organisé une réunion avec le CCIF contre la prolongation de l'état d'urgenceManuel Valls

"J'ai soutenu le président de la République"

Si les propos n'ont pas fait réagir directement Benoît Hamon, Alexis Bachelay, en revanche, a tenu à se défendre vigoureusement devant les caméras de LCI. Le député des Hauts-de-Seine accuse tout simplement Manuel Valls d'avoir "menti", en reprenant à son compte un article de Caroline Fourest sur ce sujet. Dans cet article, Caroline Fourest accusait Alexis Bachelay de "donner des conférences contre l'état d'urgence en compagnie de professionnels des amalgames entre laïcité et 'islamophobie d'Etat'", "un an après le massacre de Charlie Hebdo". 


"Il y a bien eu une réunion dans ma circonscription avec le CCIF, mais aussi avec l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris)", a plaidé Alexis Bachelay sur LCI. "Mais lors de ce débat, il y a une vidéo montrant que je soutiens le président de la République dans son choix de maintenir l'état d'urgence." Le député, déjà mis en cause sur ce sujet il y a deux jours par les soutiens de Manuel Valls, a promis de diffuser la vidéo jeudi pour en apporter la preuve. 

Les députés PS ont voté plusieurs prolongations de l'état d'urgence. En revanche, lors de la cinquième prolongation, en décembre 2016, plusieurs d'entre eux se sont abstenus. C'est le cas, notamment, d'Alexis Bachelay. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter