Primaire de la gauche : quand Arnaud Montebourg repique les vieilles promesses de François Hollande

PRIMAIRE PARTI SOCIALISTE

Toute L'info sur

2017 : la bataille de la gauche

RECYCLAGE - Droit de vote des étrangers, système bancaire, Europe... Cinq propositions, sur les 20 mises en ligne mardi par Arnaud Montebourg, reprennent des engagements non tenus de François Hollande. Une manière pour le candidat de s'écarter encore un peu plus du bilan du quinquennat.

Moi président, je tiendrai les promesses que mon prédécesseur n'a pas honorées... En synthétisant ses propositions dans un document mis en ligne mardi, Arnaud Montebourg a remis sur le tapis plusieurs engagements symboliques de François Hollande, que ce dernier n'a pas honorés ou qui ont été édulcorés avec l'exercice du pouvoir. De quoi s'agit-il ?

1 - Instaurer le droit de vote des étrangers

Comme son concurrent à la primaire de la gauche Benoît Hamon, Arnaud Montebourg confirme son souhait de ressusciter l'une des propositions les plus symboliques de François Hollande, et que ce dernier a fini par abandonner, faute de pouvoir trouver une majorité parlementaire pour asseoir une telle révision constitutionnelle. Une promesse de la gauche qui remonte d'ailleurs à la campagne... de François Mitterrand en 1981. Arnaud Montebourg propose donc "d'instaurer le droit de vote des étrangers (non communautaires) aux élections locales". 

2 - Séparer les activités bancaires

La proposition numéro 7 de François Hollande visant à séparer les activités bancaires, spéculatives d'une part, de crédit d'autre part, s'est traduite dans un projet de loi présenté dès décembre 2012. Malgré tout, un bilan mitigé a été fait de cette loi, jugée peu efficace, en juin 2015. Arnaud Montebourg reprend donc quasiment mot pour mot la proposition initiale, s'engageant à faire promulguer "une grande loi de séparation bancaire ". Il ajoute vouloir "interdir les activités spéculatives".

3 - Renégocier les traités européens

Parmi les 60 engagements de 2012, François Hollande souhaitait "renégocier le traité européen en privilégiant la croissance et l’emploi". Une promesse qui s'est certes traduite par un "pacte de croissance" européen, mais sans modification significative du traité. Arnaud Montebourg propose donc de "donner au Président un mandat clair pour renégocier un nouveau traité européen", faisant la part belle à la croissance, au détriment des politiques d'austérité qu'il affirme combattre. 

4 - Introduire une part de proportionnelle à l'Assemblée nationale

Arnaud Montebourg propose, parmi ses mesures pour "une République nouvelle", de "réduire de moitié le nombre de parlementaires et d’instaurer l’élection d’une fraction de l’Assemblée nationale à la proportionnelle". La deuxième partie de la proposition figurait dans le programme de François Hollande en 2012, mais elle a été abandonnée en cours de mandat, notamment au vu des scores historiques réalisés par le FN aux élections locales. 

5 - Encadrer les rémunérations des patrons

Arnaud Montebourg confirme enfin qu'il veut encadrer les rémunérations des grands patrons du CAC 40 en les obligeant notamment, s'ils décident de s'augmenter "de 5 %", à augmenter leurs salariés dans la même proportion. Une proposition qui rappelle pour partie l'engagement de François Hollande qui voulait "limiter les écarts de rémunération" des dirigeants, en instaurant un ratio entre le plus petit et le plus grand salaire au sein d’une entreprise. Engagement qui a trouvé une traduction dans les entreprises publiques, mais pas dans le privé.

Lire aussi

En vidéo

Primaire de la gauche : Montebourg met son programme en ligne

Lire et commenter